03.05.2013 à 13:24

CinémaL’Inde porte un toast aux 100 ans de Bollywood

Le cinéma indien, qui sera à l'honneur au Festival de Cannes, fête ce 3 mai son centenaire. Deux films célébrant les origines de Bollywood sont diffusés à cette occasion.

L’industrie indienne du cinéma fêtait vendredi son centième anniversaire avec la diffusion sur les écrans de deux films célébrant ses origines modestes à l’époque du muet et l’influence du Bollywood glamour et paillettes dans la société d’aujourd’hui.

Conçu par des réalisateurs de renom, «Bombay Talkies» réunit quatre courts métrages inspirés par l’amour que ce vaste pays de 1,2 milliard d’habitants voue au septième art et l’impact des films de nos jours.

La distribution inclut une brève apparition de la star indienne du cinéma, Amitabh Bachchan. Quant à la musique du générique, elle fait appel aux célébrissimes vedettes Aamir Khan, Shah Rukh Khan, Priyanka Chopra et Kareena Kapoor. Le film sera projeté sur la Croisette au festival de Cannes (11-22 mai), où l’Inde est à l’honneur pour cette 66e édition.

Passion pour le cinéma

"Les quatre courts métrages évoquent la passion pour le cinéma et incluent des éléments comme l’art dramatique, la danse, le divertissement. Tous ces ingrédients représentent une énorme part de nos films et de notre culture", souligne la coproductrice Ashi Dua.

La sortie de «Bombay Talkies» coïncide avec le centenaire de l’acte de naissance de Bollywood, daté du 3 mai 1913. Le cinéma, alors, est muet. Son père, Dhundiraj Govind Phalke, adapte "Le Mahabharata", une épopée sanscrite de la mythologie hindoue. Son film, "Raja Harishchandra", connaît un grand succès même si les personnages féminins sont joués par des hommes --le cinéma était une profession quasi interdite aux femmes.

Début de l'industrie du cinéma

Il marque surtout les débuts de l’une des industries cinématographiques les plus dynamiques au monde, qui a produit l’an dernier pas moins de 1.500 films dans les différentes langues parlées en Inde, même si l’hindi mène la danse.

Tandis que "Bombay Talkies" explore la vie aujourd’hui, le second film projeté vendredi en Inde, "Celluloid Man", rend hommage au fondateur des Archives cinématographiques nationales, P.K. Nair.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!