Publié

skiLindsey Vonn, un destin comme l'Amérique les aime (PORTRAIT)

Par Astolfo CAGNACCI Paris, 19 jan 2015 (AFP) - Prédestination, dépassement de soi, goût du risque, glamour et succès sans partage: l'Américaine Lindsey Vonn, détentrice depuis lundi du record de 63 victoires en Coupe du monde dames de ski alpin, a connu un destin comme son pays les aime.

Naître à Saint Paul, capitale de l'Etat agricole du Minnesota, et devenir reine de la descente, ce n'est pas banal. Fille et petite-fille de passionnés de la glisse, Lindsey Kildow chausse les skis à 3 ans et se retrouve quelques années plus tard à Vail, dans le Colorado, où ses parents, ayant pris la mesure du talent naissant, se sont établis à la poursuite d'un rêve. L'adolescente, première Américaine à remporter le trophée Topolino (Mickey Mouse en italien), se frotte à ses aînées dans les rudes compétitions de Coupe d'Europe et du circuit Nor-Am. Et débute à 16 ans en Coupe du monde. Dans le milieu, on sait que Miss Kildow, au style engagé et bien centrée sur ses spatules, est un phénomène. Il faudra patienter trois ans pour qu'elle se révèle au grand public, avec un premier podium de Coupe du monde le 18 janvier 2004, en descente à Cortina (déjà). Le 3 décembre de la même année, elle ouvre son palmarès à Lake Louise (Canada), toujours en descente. "Timide, elle était animée par une puissance physique et morale, en outre très perfectionniste. Elle savait faire courir les skis comme personne", se souvient un technicien de son premier équipementier. Et, déjà, Lindsey essayait les skis réservés aux hommes, plus longs, plus fermes. Cette utilisation lui permet de dominer ses rivales, notamment dans les courbes longues où elle résiste à la force centrifuge. Et la grande (1,78 m) blonde au visage de star, "belle et attrayante", selon les mots de l'Autrichienne Annemarie Moser-Pröll (celle qui l'a précédée au livre des records pendant 35 ans), possède des arguments autres que sportifs. Parce qu'elle ne se ménage jamais, Lindsey Kildow, devenue Vonn après son mariage avec Thomas, apparaît régulièrement à la rubrique des accidents. Aux Jeux 2006, après un vol plané terrifiant lors du troisième et dernier entraînement pour la descente, elle termine 8e de la course le lendemain. L'amoureuse de vitesse aborde les Mondiaux 2011, à Garmisch-Partenkirchen (Allemagne), avec les séquelles d'une commotion cérébrale. C'est aussi la première fois qu'elle avoue sa peur sur la piste verglacée de la localité bavaroise. Mais grâce à sa condition physique exceptionnelle, la blonde évitera longtemps les blessures qui tirent un trait sur une saison. C'était avant son cri lancinant de douleur sur la pente de Schladming (Autriche), en février 2013, dans le super-G d'ouverture des Mondiaux. Rupture ligamentaire au genou droit, fracture du plateau tibial: elle connaît à son tour les souffrances du dur métier de skieuse. Pour défendre le titre olympique de descente, conquis en 2010 à Vancouver, l'Américaine veut abréger la convalescence. Elle croit pouvoir tenir son pari avec un ligament déchiré, mais doit renoncer face à l'évidence. Grâce à Tiger Woods, star du golf devenu son compagnon et surtout sa "source d'inspiration", Lindsey Vonn est revenue à 30 ans, aussi forte qu'avant. "J'ai dû repartir de zéro. Ma jambe n'avait plus de muscles, juste de la peau", expliquait-t-elle avant de reprendre le chemin de la victoire en décembre dernier à Lake Louise, sa piste fétiche (14 succès). Mais certainement plus forte dans sa tête. Intouchable dans les épreuves de vitesse (32 victoires en descente, 21 en super-G), Vonn présente un palmarès plus modeste dans les disciplines techniques. C'est son talon d'Achille quand vient inévitablement le temps des confrontations à travers les générations. Sans oublier qu'au temps de Moser-Pröll qui, elle, dominait descente et géant, le super-G n'existait pas. Un dernier chiffre, qui n'enlève rien à la grandeur de Vonn: l'Américaine a gagné 63 fois pour 333 épreuves de Coupe du monde. Avec 62 succès pour 174 sorties, Moser-Pröll présente un meilleur ratio. asc/pr/gv

(AFP)

Votre opinion