Neuchâtel: L’infirmier a frappé son ex avec une batte de base-ball

Publié

NeuchâtelL’infirmier a frappé son ex avec une batte de base-ball

La victime est restée quatre jours dans le coma. Le procureur a requis douze ans et demi de prison pour tentative d’assassinat.

par
Vincent Donzé
Le cogneur est jugé à La Chaux-de-Fonds par le Tribunal criminel.

Le cogneur est jugé à La Chaux-de-Fonds par le Tribunal criminel.

lematin.ch/Vincent Donzé

De violents coups portés sur son ex-compagne ont valu à un infirmier en psychiatrie de 62 ans une comparution devant le Tribunal criminel, à La Chaux-de-Fonds. Selon le média «ArcInfo», l’agresseur armé d’une batte de base-ball a laissé une femme de 40 ans entre la vie et la mort, le 2 mars 2018, au domicile de la victime, à Fontaines (NE). Le procureur a requis douze ans et demi de prison pour tentative d’assassinat.

Selon l’acte d’accusation, les coups portés ont été si violents que la batte de base-ball s’est cassée. Des voisins ont entendu la plaignante hurler de douleur. Ils ont appelé les secours. La victime a subi de multiples fractures, enduré quatre jours de coma et portera des séquelles à vie.

Cette économiste a expliqué au tribunal comment son ancien conjoint était «venu pour la liquider». Au cœur du conflit: la garde de leur enfant alors âgé de 4 ans. L’infirmier en psychiatrie savait qu’il n’obtiendrait pas sa garde exclusive, lors d’une réunion prévue à l’Office de la Protection de l’enfant et de l’adulte. Il a raconté comment il s’y est pris pour simuler un cambriolage au domicile de son ex, pour la convaincre de lui laisser leur fils en sécurité.

En bouillie

Resté deux heures dans l’appartement, il en a dévissé les ampoules. Lorsque son ex est rentrée chez elle, il l’a frappée au visage et au thorax. Selon le procureur, il a laissé la victime «en bouillie». Elle baignait dans son sang, secouée par des spasmes.

«Ma vie se résume à des thérapies. J’apprends à refaire du vélo et du ski en même temps que mon fils», a expliqué la maman. Selon son avocat, le prévenu est un père soucieux de faire au mieux pour ses enfants. Sur la base de traces de projections de sang, il estime que son client n’a pas frappé la victime avec une batte de base-ball, mais que pendant la bagarre, la plaignante s’est cognée contre les murs. Le prévenu a exprimé des regrets. Le verdict sera rendu le 12 mars.

Ton opinion