Suisse: L’inflation profite aux distributeurs, la FRC demande plus de transparence

Publié

SuisseL’inflation profite aux distributeurs, la FRC demande plus de transparence

Deux enquêtes publiées lundi montrent comment la grande distribution en Suisse tend à vouloir maintenir sa rentabilité, au détriment des producteurs et des consommateurs.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

Urs Jaudas

La pandémie de Covid et la guerre en Ukraine mettent la pression sur les prix et l’inflation fait son grand retour dans les pays occidentaux. Deux enquêtes – la première de la Fédération romande des consommateurs (FRC), la seconde de «Heidi. news» et «Le Temps» – révèlent lundi que les détaillants fixent des taux de marge très élevés, allant jusqu’à la moitié du prix final payé par la clientèle.

Une sélection de produits vendus chez Coop et Migros Genève a été analysée. Conclusion: les deux enseignes «privilégient de maintenir au plus haut leur propre rentabilité, et ce malgré le contexte inflationniste», écrit la FRC. L’opacité régnant autour de la fixation des prix à la consommation se fait ainsi au détriment des consommateurs, estime l’organisation.

1 / 2
Les produits analysés par la FRC.

Les produits analysés par la FRC.

Les produits analysés par la FRC.

Les produits analysés par la FRC.

«Nos impôts financent les marges de Coop et Migros»

Parallèlement, en consultant des documents émanant des Laiteries Réunies à Genève, la FRC a pu lever le voile sur les relations entre les différents acteurs économiques qui entrent en jeu avant qu’un produit ne soit en rayon et en déduire les marges pratiquées par certains distributeurs.

«Le Temps» se focalise plus précisément sur le marché du lait et des conséquences pour les producteurs, qui actuellement, vendent à perte. Depuis plusieurs années, ils peuvent compenser ce manque à gagner uniquement grâce aux paiements directs, soit les aides de la Confédération. Dans un commentaire, le quotidien suggère même, au vu de ces analyses, que «nos impôts financent les marges de Coop et Migros».

La FRC appelle donc les distributeurs à faire preuve de davantage de transparence sur la manière dont ils fixent leurs marges. Elle invite aussi les consommateurs à privilégier les circuits courts qui comportent moins d’intermédiaires que dans la grande distribution.

Un prix «juste» réclamé

À chaque achat, la notion de prix juste entre en jeu, explique la Fédération romande des consommateurs. En résumé, le prix final devrait rémunérer correctement les producteurs et les agriculteurs, permettre au détaillant de dégager une marge brute couvrant tous ses frais tout en dégageant un bénéfice raisonnable, et assurer un prix équitable au consommateur. La FRC défend l’idée qu’atteindre les prix justes passe par une transparence accrue des marges des transformateurs et des distributeurs, «cela afin de permettre au consommateur de savoir qui il rémunère et surtout dans quelle proportion». Selon la «NZZ», la marge des détaillants devrait se situer autour des 25% pour que le prix soit «juste», mais les marges au niveau du groupe Migros s’élevaient à 39% l’an dernier et celles de Coop à 32%.

(Comm/jba)

Ton opinion

25 commentaires