05.08.2020 à 09:31

Libre circulationL’initiative de limitation est néfaste pour les PME, affirme l’Usam

Le comité PME «NON à l’initiative de résiliation» a dénoncé ce mercredi l’initiative de l’UDC, qui représente selon lui une menace pour les emplois.

Hans-Ulrich Bigler, directeur de l’Usam, entouré des conseillères nationales Jacqueline de Quattro (à gauche) et Daniela Schneeberger ce mercredi lors d’une conférence de presse à Berne,

Hans-Ulrich Bigler, directeur de l’Usam, entouré des conseillères nationales Jacqueline de Quattro (à gauche) et Daniela Schneeberger ce mercredi lors d’une conférence de presse à Berne,

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Un oui à l’initiative de l’UDC dite «de limitation» frapperait les PME à plusieurs égards, a averti mercredi l’Union suisse des arts et métiers (Usam). La crise du coronavirus a montré l’importance de pouvoir compter sur du personnel européen, notamment dans la santé.

Le comité PME «NON à l’initiative de résiliation – NON à la destruction des emplois» est remonté au créneau mercredi, rappelant les arguments déjà présentés aux médias le 25 février dernier, alors que le scrutin était initialement prévu pour le 17 mai.

Le comité s’inquiète en particulier de la fin des accords bilatéraux avec l’UE qu’entraînerait une acceptation du texte soumis désormais au vote le 27 septembre. Ses représentants ont souligné les aspects positifs de la libre circulation des personnes pour l’économie suisse. Celle-ci permet en effet aux entreprises d’engager du personnel européen spécialisé, de manière flexible et non bureaucratique.

Pas le moment pour les «expériences»

Dans son intervention, le directeur de l’Usam Hans-Ulrich Bigler a souligné l’importance systémique des PME pour l’économie du pays, en particulier pour son approvisionnement. Il a relevé que le confinement, «qui était la seule façon de surmonter le pic de la pandémie», a été un coup dur pour les PME.

Il s’agit maintenant de redémarrer le système. «Nous avons besoin d’une grande dose de pilules de vitamines, d’une revitalisation de l’économie. Compte tenu de la situation actuelle, un projet politique tel que l’adoption de l’initiative de limitation serait exactement le contraire», a-t-il déclaré.

«La crise du coronavirus a clairement montré que sans le personnel spécialisé européen, le système de santé suisse aurait rapidement atteint ses limites. Il se serait même effondré si la pandémie avait pris un tour encore plus grave, a souligné pour sa part la conseillère nationale Jacqueline de Quatro (PLR/VD), selon le dossier de presse. D’autres secteurs de l’économie dépendent également du personnel étranger, a-t-elle insisté.

Sa collègue bâloise Daniela Schneeberger, également vice-présidente de l’Usam, a rappelé que la Confédération et les cantons se sont énormément endettés lors de cette crise et que l’économie se trouvait dans une phase de grande incertitude. «Ce n’est pas le moment de se lancer dans des expériences en matière de politique étrangère», a-t-elle lancé.

Les initiants aussi

L’UDC s’appuie aussi sur la crise du coronavirus pour développer ses arguments en faveur de son initiative. Pointant du doigt la montée du chômage, le parti critique la réouverture des frontières et la reprise de la libre circulation voulues par le Conseil fédéral et le Parlement.

L’initiative «pour une immigration modérée» vise à ce que la Suisse règle de manière autonome son immigration. La libre circulation avec l’UE et l’AELE devrait être à nouveau négociée. Si le Conseil fédéral n’y parvient pas dans un délai d’un an, il devrait renoncer à l’accord.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!