13.10.2020 à 14:48

Epidémie en Suisse«L’inquiétude est le mot du moment»

Lukas Engelberger, président de la Conférence suisse des directeurs de la santé (CDS), s’est exprimé sur les ondes de Radio SRF. Il a souligné que chacune et chacun détient la clef qui permettra d’éviter que les chiffres ne continuent de grimper.

Pour Lukas Engelberger, la population a tout en main pour éviter de nouvelles mesures restrictives.

Pour Lukas Engelberger, la population a tout en main pour éviter de nouvelles mesures restrictives.

KEYSTONE

«L’inquiétude est le mot du moment», a déclaré mardi Lukas Engelberger, président de la Conférence suisse des directeurs de la santé (CDS), sur les ondes de Radio SRF, à propos de la situation épidémiologique en Suisse. Pour lui, la population a tout en main pour éviter de nouvelles mesures restrictives en changeant de comportement.

Pendant relativement longtemps, le nombre de nouveaux cas est resté stable, voire a connu des baisses, et il est possible que cela nous ait donné trop confiance, a déclaré Lukas Engelberger à la radio alémanique. Mais c’est selon lui une illusion dangereuse. Aujourd’hui, les températures ont baissé et la vie s’est redirigée vers l’intérieur. Il faut donc changer de perception et de comportement.

Chacune et chacun détient la clef qui permettra d’éviter que les chiffres ne continuent de grimper. Et ce en adoptant des comportements prudents par exemple lors de réunions familiales ou d’entreprise ou à l’occasion d’apéritifs ou dans la vie associative.

Permettre un bon traçage des contacts

Porter un masque, garder les distances et ne pas organiser imprudemment des manifestations est important. Notamment pour permettre le bon déroulement du traçage des contacts, système qui atteint aujourd’hui ses limites dans certains cantons.

Les organisateurs de grands événements doivent également faire extrêmement attention, selon Lukas Engelberger. Même si, selon les informations à sa disposition, les matches de football ou de hockey sur glace, à nouveau autorisés depuis début octobre, ne sont pas à l’origine des nouvelles infections.

Tant que la discipline prévaut lors de manifestations, des réceptions privées ou dans des clubs, des mesures supplémentaires ne seront pas nécessaires. Si tel ne devait pas être le cas, un retour en arrière n’est pas exclu et le nombre de spectateurs dans les stades pourrait par exemple être réduit à nouveau.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!