Nucléaire – L’Iran a augmenté ses stocks d’uranium enrichi
Publié

NucléaireL’Iran a augmenté ses stocks d’uranium enrichi

Mercredi, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a révélé que l’Iran a récemment contrevenu à l’accord international de 2015 encadrant son programme nucléaire.

Selon des estimations, Téhéran a porté son stock d’uranium enrichi à 60%, soit bien au-delà de la limite autorisée de 3,67%.

Selon des estimations, Téhéran a porté son stock d’uranium enrichi à 60%, soit bien au-delà de la limite autorisée de 3,67%.

Reuters

Les activités nucléaires iraniennes pointées mercredi, dans deux rapports de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) sont «très préoccupantes», a déclaré jeudi, la diplomatie française. Les conclusions de l’AIEA, qui font état d’une nette augmentation du stock d’uranium hautement enrichi de l’Iran, établissent aussi un «grave manque de coopération» de Téhéran avec l’Agence, a relevé la porte-parole du Quai d’Orsay.

L’Iran doit «reprendre le chemin d’une coopération qui permette à l’Agence de s’acquitter pleinement de sa mission» et «revenir sans délai au respect de tous ses engagements» nucléaires, a souligné Anne-Claire Legendre. Le Conseil des Gouverneurs de l’AIEA, qui se réunit la semaine prochaine, juste avant la reprise des négociations sur le nucléaire iranien, «doit permettre d’envoyer un message fort à l’Iran, en ce sens», a-t-elle ajouté.

Hausse de l’uranium enrichi

L’Iran a significativement augmenté ces derniers mois la quantité d’uranium hautement enrichi produite, en violation des engagements pris dans le cadre de l’accord international de 2015 encadrant son programme nucléaire, affirme l’AIEA.

Selon des estimations de début novembre, Téhéran a ainsi porté son stock d’uranium enrichi à 60% (soit bien au-delà de la limite autorisée de 3,67%) à 17,7 kg contre 10 kg fin août. Celui enrichi à 20% est passé de 84,3 kg à 113,8 kg.

Cinq mois de suspension

Après cinq mois de suspension, les négociations entre Téhéran et les autres pays encore parties à l’accord de 2015 (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni, Russie) doivent reprendre le 29 novembre à Vienne, pour tenter de relancer ce pacte historique.

Les États-Unis, qui se sont retirés unilatéralement de l’accord en 2018 et ont rétabli ensuite les sanctions contre l’Iran, participeront de manière indirecte aux discussions. En retour, Téhéran s’est progressivement affranchi des engagements pris dans cet accord.

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire