Diplomatie: L’Iran remercie la Suisse pour ses efforts de médiation
Publié

DiplomatieL’Iran remercie la Suisse pour ses efforts de médiation

Le porte-parole de la diplomatie iranienne a loué le gouvernement helvétique ce dimanche pour son rôle d’intermédiaire entre son pays et les États-Unis dans le cadre de la libération d’un ancien militaire américain.

L’ex-militaire de la marine américaine Michael White (à gauche) est arrivé jeudi à l’aéroport de Zurich après avoir été libéré par l’Iran.

L’ex-militaire de la marine américaine Michael White (à gauche) est arrivé jeudi à l’aéroport de Zurich après avoir été libéré par l’Iran.

Keystone

L’Iran est «prêt à de nouveaux échanges de prisonniers avec les États-Unis», a déclaré dimanche le porte-parole de la diplomatie iranienne Abbas Moussavi. Ce dernier a loué les efforts de médiations de la Suisse.

Abbas Moussavi a précisé qu’il «n’y a pas eu de discussions directes» entre l’Iran et les États-Unis sur l’échange de prisonniers réalisé jeudi avec l’entremise de la Confédération.

Michael White, un ex-militaire de la marine américaine arrêté en juillet 2018, avait quitté l’Iran «dans un avion suisse», selon un tweet de Donald Trump, qui a remercié Berne pour son aide «formidable». Dans la foulée, Téhéran avait annoncé la libération du scientifique iranien Majid Tahéri, emprisonné en Amérique.

La Confédération avait déjà été en première ligne lors du dernier échange de détenus, en décembre. Jeudi, elle s’est dite prête à apporter de nouvelles contributions à la facilitation, conformément à sa longue tradition de bons offices.

«Mur de méfiance»

Interrogé sur une déclaration de Donald Trump, qui s’est dit certain d’être réélu en novembre, Abbas Moussavi a souligné que «ce qui compte pour l’Iran, ce ne sont pas les individus, mais les politiques adoptées par les différents présidents américains».

«Même si Trump devait perdre l’élection, il n’y aura pas de changement particulier dans l’approche des États-Unis tant qu’il restera un mur de méfiance entre l’Iran et les États-Unis», a ajouté le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères.

(ATS)

Votre opinion