Nucléaire iranien - L’Iran «va commencer à enrichir l’uranium à 60%»
Publié

Nucléaire iranienL’Iran «va commencer à enrichir l’uranium à 60%»

La République islamique enrichit actuellement de l’uranium à 20%, soit déjà bien au-delà de la limite fixée par l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne.

Image satellite du complexe nucléaire de Natanz. «1000 centrifugeuses supplémentaires d’une capacité 50% supérieure seront ajoutées aux machines présentes à Natanz» selon Abbas Araghchi, le ministre des Affaires étrangères adjoint.

Image satellite du complexe nucléaire de Natanz. «1000 centrifugeuses supplémentaires d’une capacité 50% supérieure seront ajoutées aux machines présentes à Natanz» selon Abbas Araghchi, le ministre des Affaires étrangères adjoint.

AFP

L’Iran «va commencer à enrichir l’uranium à 60%», a annoncé mardi l’agence officielle Irna, deux jours après un «sabotage» de son usine d’enrichissement de Natanz, que Téhéran impute à Israël. Abbas Araghchi, ministre des Affaires étrangères adjoint, a fait cette annonce «dans une lettre à Rafael Grossi», le directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). La République islamique enrichit actuellement de l’uranium à 20% en isotope 235, bien au-delà de la limite de 3,67% fixée par l’accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015.

Un enrichissement à 60% le mettrait en mesure de passer rapidement aux 90% et plus, nécessaires pour une utilisation de ce minerai à des fins militaires. Irna ne précise pas à quelle date commenceraient ces activités qui marqueraient un pas supplémentaire dans la violation des engagements pris par l’Iran vis-à-vis de la communauté internationale en 2015 pour limiter son programme nucléaire. Mais selon PressTV, chaîne d’information en anglais de la télévision d’Etat, cette mesure sera mise en oeuvre dès mercredi. «Nous avons vu les informations de presse» à ce sujet mais «nous n’avons pas de commentaire à ce stade», a déclaré à l’AFP un porte-parole de l’AIEA à Vienne.

Joe Biden prêt à poursuivre des négociations avec l’Iran

La Maison Blanche a affirmé mardi rester disposée à poursuivre les négociations avec l’Iran malgré l’annonce que Téhéran comptait enrichir son uranium à 60%, un niveau qui le rapprocherait d’une capacité d’utilisation militaire.

«Nous sommes bien entendu inquiets face à ces annonces provocantes», a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki. «Nous sommes convaincus que la voie diplomatique est la seule voie pour avancer ici, et qu’avoir des conversations, même indirectes, est la meilleure façon de parvenir à une solution», a-t-elle ajouté.

1000 centrifugeuses supplémentaires

La République islamique a toujours nié vouloir se doter de l’arme nucléaire, arguant d’un interdit moral et religieux. Dans sa lettre à Rafael Grossi, Abbas Araghchi déclare également que «1000 centrifugeuses supplémentaires d’une capacité 50% supérieure seront ajoutées aux machines présentes à Natanz, en sus du remplacement des machines abîmées» par l’explosion survenue dimanche dans ce complexe nucléaire du centre de l’Iran, ajoute Irna sans plus de précisions.

Ces annonces surviennent quelques heures après une rencontre à Téhéran entre le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, et son homologue russe, Sergueï Lavrov. Plus tôt, la télévision d’Etat avait annoncé que Abbas Araghchi avait quitté Téhéran pour participer mercredi à Vienne à une réunion devant faire le point sur les discussions en cours, destinées à réintégrer les Etats-Unis au sein de l’accord sur le nucléaire de 2015 et à ramener Téhéran à l’application stricte du texte, en échange de la levée des sanctions imposées par Washington contre la République islamique depuis 2018.

(AFP)

Votre opinion