Coronavirus - L’Italie va imposer une quarantaine aux voyageurs venant de l’UE
Publié

CoronavirusL’Italie va imposer une quarantaine aux voyageurs venant de l’UE

Alors que Rome va rouvrir ses écoles, l’Italie donne un tour de vis supplémentaire à l’adresse des personnes souhaitant entrer sur son sol.

Mario Draghi s’est fait vacciner contre le coronavirus.

Mario Draghi s’est fait vacciner contre le coronavirus.

Reuters

L’Italie va imposer une quarantaine de cinq jours aux voyageurs en provenance des pays membres de l’Union européenne, ont indiqué mardi des sources au ministère de la Santé.

Tout voyageur en provenance de l’UE devra effectuer un test avant son départ, respecter une quarantaine de cinq jours, puis effectuer un nouveau test à l’issue de cette période, une mesure déjà en vigueur pour les pays hors UE, selon la même source.

Cette mesure «s’applique à tous ceux qui partent et arrivent» dans la péninsule, y compris les ressortissants italiens, a précisé un responsable du ministère interrogé par l’AFP.

Date à venir

En revanche, la date d’entrée en vigueur de cette nouvelle restriction n’était pas connue dans l’immédiat, alors que le week-end de Pâques, qui démarre samedi et s’achève lundi, est traditionnellement très prisé par les touristes étrangers pour se rendre en Italie.

L’essentiel de l’Italie est actuellement soumis à de sévères restrictions pour endiguer les contagions (fermeture au public des bars et restaurants, déplacements limités…). Mais les écoles du Latium, la région qui englobe Rome, ont pu rouvrir mardi après la décision des autorités sanitaires de la déclasser de «rouge» (haut risque de contagion) à «orange» (risque moyen).

«C’est super de retrouver les enfants, mais je ne comprends pas le sens de tout ça. On a encore perdu deux semaines d’école», a déclaré à l’AFP sous couvert d’anonymat un enseignant d’une école primaire dans le nord de Rome.

Draghi se fait vacciner

Le Premier ministre italien Mario Draghi, 73 ans, a reçu mardi une dose du vaccin AstraZeneca, ont annoncé ses services, dans un geste de soutien à ce vaccin controversé. L’ex-chef de la Banque centrale européenne et sa femme se sont fait vacciner au centre installé à la gare centrale de Rome, Termini, a indiqué un porte-parole.

L’Italie avait suspendu l’utilisation des doses AstraZeneca/Oxford durant plusieurs jours en mars en raison de soupçons sur ses effets secondaires jusqu’à ce que l’Agence européenne du médicament (EMA) ne donne à nouveau son feu vert.

Mario Draghi, qui a pris ses fonctions le mois dernier, s’est engagé à accélérer la campagne vaccinale en Italie, premier pays européen à être touché durement par la pandémie et actuellement confronté à une troisième vague du Covid-19.

En zone «rouge»

Toute la péninsule sera en outre classée en zone «rouge» (haut risque de contagion et restrictions maximales) pour le week-end de Pâques, une fête très suivie dans la péninsule qui est habituellement l’occasion de retrouvailles familiales.

La pandémie a jusqu’ici fait plus de 108’000 morts dans le pays, selon le ministère de la Santé.

(AFP)

Votre opinion