Coronavirus: L’italo-suisse Adienne produira Spoutnik V en Europe
Publié

CoronavirusL’italo-suisse Adienne produira Spoutnik V en Europe

Pas encore homologué par l’Union européenne, ni par la Confédération, le vaccin russe sera pourtant fabriqué en Lombardie par une entreprise dont le siège est à Lugano.

Le site de production d’Adienne, à Caponago.

Le site de production d’Adienne, à Caponago.

Google

Le vaccin russe Spoutnik V contre le coronavirus sera produit en Italie à partir de juillet, a indiqué mardi à l’AFP la Chambre de commerce italo-russe, une première dans l’Union européenne qui ne l’a pas encore autorisé. «Le vaccin sera produit à partir du mois de juillet 2021 dans les usines de (l’entreprise pharmaceutique italo-suisse) Adienne en Lombardie à Caponago près de Monza», dans le nord de l’Italie, a déclaré Stefano Maggi, conseiller de presse du président de la Chambre de commerce Vincenzo Trani, dans un entretien par téléphone.

«Dix millions de doses seront produites entre le 1er juillet et le 1er janvier 2022», a-t-il précisé, soulignant qu’il s’agit du «premier accord au niveau européen pour la production sur le territoire de l’UE du vaccin Spoutnik». Spoutnik V n’est pas encore autorisé dans l’Union européenne, mais a franchi la semaine dernière une étape clé pour son déploiement dans cette zone, avec le début de son examen par l’Agence européenne des médicaments (AEM), basée à Amsterdam. Après cette annonce, les autorités russes se sont dites prêtes à fournir des vaccins à 50 millions d’Européens à partir de juin. Aucune nouvelle en revanche du côté de la Confédération, où l’OFSP avait démenti que la Russie ait proposé par deux fois vouloir mettre son vaccin à disposition de la Suisse.

Administré avant approbation européenne

Arguant que son vaccin est désormais validé dans 46 pays, le fonds souverain russe propriétaire du vaccin a de nouveau reproché mardi à l’AEM d’avoir «repoussé pendant des mois» le processus de validation du Spoutnik. La Russie a aussi vivement dénoncé mardi les propos d’une responsable de l’AEM, qui a comparé l’autorisation en urgence du vaccin Spoutnik V par certains pays européens à de la «roulette russe».

Impatients face à une validation jugée trop lente, plusieurs pays de l’UE se sont d’ailleurs tournés vers des vaccins non encore approuvés, à l’image de la Hongrie qui a commencé à administrer le vaccin russe à sa population le mois dernier. La République tchèque et la Slovaquie ont également passé commande à la Russie.

Redistribué à ceux qui l’acceptent

«Si le vaccin n’est pas autorisé en Europe d’ici le 1er juillet 2021, les doses produites seront rachetées par le fonds souverain russe et distribuées dans les pays où le vaccin Spoutnik est déjà autorisé», a expliqué à l’AFP Stefano Maggi,

D’abord accueilli avec scepticisme en Occident, le premier vaccin russe contre le coronavirus a depuis convaincu des experts, notamment après la publication de résultats dans la revue spécialisée «The Lancet», selon lesquels l’efficacité du vaccin russe est de 91,6% contre les formes symptomatiques de la maladie.

Pour le moment, trois vaccins sont autorisés dans l’Union européenne: ceux de Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca (pas encore en Suisse, pour ce dernier). Un quatrième, celui de Johnson & Johnson, est soumis à une demande d’autorisation. Outre Spoutnik V, deux autres, ceux de Novavax et CureVac, sont en cours d’examen.

Contacté par l’AFP, le ministère italien de la Santé n’a pas souhaité commenter cette annonce. Adienne n’était de son côté pas joignable dans l’immédiat pour un commentaire

(lematin.ch/AFPE)

Votre opinion