Publié

Tuerie de ToulouseL’itinéraire fatal de Mohamed Merah, 23?ans, apprenti djihadiste

La folie meurtrière de Mohamed Merah a fait sept victimes et laisse une ville traumatisée par le sang versé. Comment le jeune tueur est-il passé des trottoirs de la cité aux camps d’entraînement afghans? Reportage sur les traces d’un adolescent qui a basculé dans la haine.

par
Marie Maurisse
Le jeune Mohamed, qui est né dans le quartier sensible des Izards, au Nord de Toulouse, est décrit par son entourage comme quelqu’un de «bien», «passionné de football et de voitures».

Le jeune Mohamed, qui est né dans le quartier sensible des Izards, au Nord de Toulouse, est décrit par son entourage comme quelqu’un de «bien», «passionné de football et de voitures».

Julio Pelaez/MaxPPP

La nuit, au lieu de dormir, il se repasse la scène en boucle: les coups de feu qui claquent, le rabbin étendu à terre, les élèves qui tentent de le réanimer, les cris des gamins. Ce Toulousain était aux premières loges quand Mohamed Merah s’est introduit dans l’école juive Ozar Hatorah, lundi dernier et a abattu Jonathan Sandler, ses deux enfants ainsi qu’une fillette, la petite Myriam, à bout portant. Pour cet habitant du quartier paisible de Jolimont, la mort de Mohamed Merah, tué jeudi par le Raid après 36?heures de retranchement, ne résout rien: «Pour moi, le meurtrier n’était pas isolé, car il fallait beaucoup d’argent pour préparer ces coups. C’est un pion dans un système.» Devant l’école meurtrie, les habitants ont déposé des fleurs.

Votre opinion