Guerre en Ukraine: Kiev confirme la tenue d’un sommet avec l’UE

Guerre en UkraineKiev confirme la tenue d’un sommet avec l’UE

Suivez l'actualité du conflit et les tensions entre Moscou et l'Occident.

par
La rédaction

Ton opinion

mardi, 31.01.2023
17:46

Le Premier ministre Denys Chmygal confirme la tenue d’un sommet Ukraine-UE, vendredi, à Kiev

Le Premier ministre ukrainien, Denys Chmygal, a confirmé, mardi, la tenue d’un sommet Ukraine - Union européenne à Kiev, vendredi, soit un jour après des «consultations intergouvernementales» entre son pays et la Commission européenne, qui auront lieu «pour la première fois de notre histoire».

«Le fait que ce sommet se tienne à Kiev est un signal fort adressé tant aux partenaires qu’aux ennemis», a déclaré Denys Chmygal lors d’une réunion gouvernementale, disant «attendre du sommet une évaluation intermédiaire positive de nos efforts pour l’intégration européenne».

REUTERS
15:41

Biden va discuter avec Zelensky de ses demandes d’aide militaire supplémentaire

Le président américain Joe Biden a déclaré mardi qu’il «allait parler» à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky des demandes d’aide militaire supplémentaire que ce dernier a formulées.

«Nous allons parler», a-t-il dit à un groupe de journalistes à la Maison-Blanche, après avoir été interrogé sur les demandes du président ukrainien, qui réclame notamment des avions de combat et des missiles à longue portée.

AFP
15:32

La France va fournir douze canons Caesar supplémentaires à Kiev

La France va fournir à l’Ukraine douze canons Caesar de 155 mm supplémentaires, ainsi que des moyens antiaériens, a annoncé, mardi, le ministre français des Armées, Sébastien Lecornu, lors d’une conférence de presse commune avec son homologue ukrainien Oleksiï Reznikov.

Ces douze canons de moyenne portée seront livrés «dans les semaines qui viennent» et seront «financés dans le cadre du fonds de soutien de 200 millions d’euros» mis en place par la France, a précisé le ministre. Ils viendront s’ajouter aux 18 Caesar déjà livrés par la France – dont un est hors d’usage – ainsi qu’aux 19 promis par le Danemark à Kiev, mi-janvier.

AFP
14:16

L’Ukraine annonce qu’elle va recevoir «entre 120 et 140» chars lourds occidentaux

L’Ukraine va recevoir «entre 120 et 140» chars lourds occidentaux, a affirmé mardi le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, quelques jours après le feu vert des Occidentaux à de telles livraisons, après de longues tergiversations.

«Lors de la première vague de contributions, les forces armées ukrainiennes recevront entre 120 et 140 chars modernes de modèles occidentaux», a indiqué le ministre dans une vidéo sur Facebook, rappelant qu’il s’agissait de Leopard 2 de conception allemande, de Challenger 2 britanniques et d’Abrams américains.

REUTERS
13:33

Pour la Russie, ses sportifs doivent participer aux JO-2024

Les sportifs russes doivent pouvoir participer aux Jeux olympiques sans restrictions, a affirmé mardi le patron du comité olympique russe, alors que le CIO envisagerait d’organiser le retour des sportifs bannis sous drapeau neutre pour les JO-2024, une position qui a provoqué l’ire de l’Ukraine.

AFP

«Les Russes doivent participer exactement dans les mêmes conditions que tous les autres athlètes. Toutes les conditions et tous les critères supplémentaires ne sont pas les bienvenus, en particulier ceux qui ont une composante politique absolument inacceptable pour le Mouvement olympique», a déclaré Stanislav Pozdniakov, cité par les agences de presse russes.

12:42

L'Ukraine mise en garde contre l'usage de mines antipersonnelles

L’ONG Human Rights Watch (HRW) a mis en garde mardi l’Ukraine contre «l’usage apparent» par ses forces armées de mines antipersonnelles interdites, lors de la bataille pour libérer Izioum (est), occupée pendant près de six mois par les Russes et reprise par Kiev en septembre.

«L’Ukraine devrait enquêter sur l’usage apparent par son armée de milliers de mines antipersonnel disséminées par des roquettes dans et autour de la ville d’Izioum lorsque les forces russes occupaient la zone», a écrit HRW, tout en rappelant que les forces russes de leur côté ont utilisé des mines antipersonnelles dans de nombreuses régions d’Ukraine depuis le début de l’invasion il y a presque un an.

A Izioum, l’ONG a documenté de nombreux cas de «mines papillon», de fabrication soviétique, déployées à partir de tirs de roquettes. Elles ont été retrouvées dans neuf zones où se situaient des positions russes, suggérant que ces dernières étaient «les cibles».

AFP
12:26

Poutine veut des centres d'entraînement communs avec la Biélorussie

Le président russe Vladimir Poutine a demandé mardi à son gouvernement de négocier la création de centres d’entraînement militaire communs avec la Biélorussie, son voisin et rare allié à soutenir l’offensive contre l’Ukraine.

Dans un décret publié mardi, Vladimir Poutine a chargé ses ministres de la Défense et des Affaires étrangères de négocier avec Minsk la création de tels centres, sans autre précision.

Allié de la Russie, la Biélorussie a servi de base arrière aux troupes russes pour leur offensive contre l’Ukraine depuis le 24 février dernier, mais l’armée biélorusse s’est gardée jusqu’ici d’aller au combat sur le territoire ukrainien.

Reuters
12:21

La Pologne n'a pas encore discuté d'envoyer des F-16 à l'Ukraine

Le sujet du transfert éventuel des avions de combat F-16 de l’armée de l’air polonaise à l’Ukraine ne fait l’objet d’aucune «discussion officielle», a déclaré mardi, un vice-ministre de la Défense, au lendemain du refus des Etats-Unis de livrer ces machines à Kiev.

«Pour le moment, il n’y a pas de discussion officielle sur le transfert des F-16» polonais à l’Ukraine, a déclaré à l’AFP, Wojciech Skurkiewicz, en ajoutant: «le sujet n’existe pas».

AFP
11:53

La Russie affirme avoir repris un village ukrainien

La Russie a revendiqué mardi la prise du village de Blagodatné, au nord de la ville de Bakhmout, dans l’est de l’Ukraine, où l’armée russe a intensifié son offensive et progresse lentement, depuis plusieurs semaines.

Le ministère de la Défense a indiqué, dans son communiqué quotidien, que «la localité de Blagodatné avait été libérée» après une offensive d’«unités d’assaut de volontaires» appuyées par l’aviation et l'artillerie.

AFP/Photo d'illustration
11:32

Une prime de 65’000 francs au premier soldat russe qui détruira un char occidental

La société russe Fores, basée dans l’Oural et travaillant pour l’industrie de l’énergie, a annoncé qu’elle offrirait une récompense de 5 millions de roubles (65’000 francs) au premier soldat russe qui détruirait ou capturerait un char occidental Leopard 2 (photo) ou Abrams, a révélé l’agence Reuters. Les suivants seraient également récompensés à hauteur de 500’000 roubles (6500 francs).

AFP

La firme Fores a également promis une prime de 15 millions de roubles (près de 200’000 francs) à celui qui abattrait un avion de chasse dans l’hypothèse où les Occidentaux en fourniraient à l’Ukraine.

Dans son communiqué, l’entreprise a dénoncé le feu vert de l’Allemagne et des États-Unis qui prévoient d’envoyer des chars en Ukraine, estimant que cela aggrave le conflit. Les premiers Leopard devraient être livrés «fin mars début avril», les Abrams «dans quelques mois».

08:12

Macron va rencontrer le ministre ukrainien de la Défense

Emmanuel Macron, qui n’a pas exclu «par principe» la livraison d’avions de chasse à l’Ukraine, va recevoir mardi, à l’Élysée, le ministre de la Défense ukrainien Oleksiy Reznikov, a annoncé la présidence française, dans un communiqué.

Il va aussi rencontrer le président de la Rada, le parlement de l’Ukraine, Rouslan Stefantchouk, qui doit s’exprimer devant l’Assemblée nationale à 15 heures, puis mercredi devant les sénateurs. Emmanuel Macron va recevoir Oleksiy Reznikov «en fin d’après-midi», vers 18h30, a précisé l’entourage du chef de l’État.

Le but de cette rencontre est «de réitérer tout son soutien à l’Ukraine dans sa lutte contre l’invasion russe et rappeler la disposition de la France à répondre aux besoins des forces armées ukrainiennes», précise le communiqué. Le ministre français des Armées Sébastien Lecornu doit aussi rencontrer dans la journée son homologue ukrainien.

Reuters
lundi, 30.01.2023
21:37

Biden assure que «non», les États-Unis ne donneront pas d’avions de combat F-16 à l’Ukraine

Joe Biden a annoncé lundi qu’il n’enverrait pas d’avions de combat F-16 à l’Ukraine dans le cadre de sa guerre contre la Russie. «Non», a dit le président américain lorsqu’un journaliste l’a interrogé à la Maison Blanche sur sa volonté de fournir les avions de combat, que réclameraient les dirigeants ukrainiens, à Kiev.

II a par ailleurs déclaré qu’il se rendrait prochainement en Pologne, sans pour autant préciser de date.

Getty Images via AFP

19:21

Avions pour l’Ukraine: «Rien n’est interdit par principe», répond Emmanuel Macron

«Rien n’est interdit par principe», a répondu prudemment Emmanuel Macron, lundi, à La Haye, quand il était interrogé à propos de l’hypothèse d’envoi d’avions de chasse à l’Ukraine pour l’aider à combattre l’invasion russe. Le président français a souligné des «critères» avant toute décision: une «demande formulée» par l’Ukraine, que cela ne «soit pas escalatoire» et «pas de nature à toucher le sol russe, mais bien à aider l’effort de résistance», et que «ça ne vienne pas affaiblir la capacité de l’armée française».

17:56

La Norvège enverra des chars à l’Ukraine «aussi vite que possible»

La Norvège compte envoyer des chars Leopard 2 à l’Ukraine «aussi vite que possible», a déclaré, lundi, son ministre de la Défense, Bjørn Arild Gram, laissant entendre que ces livraisons pourraient intervenir fin mars. La semaine dernière, le pays scandinave avait annoncé son intention de fournir à Kiev un certain nombre de Leopard 2, dont 36 exemplaires sont en service au sein de son armée de terre.

«Nous n’avons pas encore déterminé le nombre», a déclaré Bjørn Arild Gram, lundi. «C’est important que cela soit coordonné de manière étroite avec les partenaires, de sorte que cela soit un don qui fasse une différence pour l’Ukraine. Il y a un besoin urgent», a-t-il ajouté en marge d’une visite d’un site d’assemblage de missiles antiaériens NASAMS, de conception américano-norvégienne, à Kongsberg, dans le sud-est du pays. La semaine dernière, le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, disait viser «fin mars, début avril» pour la livraison de chars, dont Berlin compte donner 14 exemplaires.

15:55

Accord franco-australien pour fournir des obus de 155 mm à l’Ukraine

La France et l’Australie ont passé un accord pour fournir des obus de 155 mm à l’Ukraine, pour la soutenir dans sa guerre contre la Russie, ont annoncé, lundi, les ministres français des Armées, Sébastien Lecornu, et australien de la Défense, Richard Marles.

«Plusieurs milliers d’obus de 155 mm vont être fabriqués en commun», a déclaré Sébastien Lecornu, tandis que Richard Marles a parlé d’un «projet de plusieurs millions de dollars» australiens, une «nouvelle coopération entre les industries de défense australiennes et françaises».

Reuters
11:15

Kiev dément que l’armée russe avance à Vougledar

L’Ukraine a démenti lundi que les troupes russes progressaient, comme l’affirme Moscou, près de la ville de Vougledar, nouveau point chaud du front dans l’est de l’Ukraine où les combats s’intensifient ces derniers temps.

Un porte-parole de l’armée ukrainienne en charge de cette zone, Ievguen Ierine, a assuré que les attaques russes dans la zone avaient échoué. Selon lui, les forces ukrainiennes ont pu repousser les Russes à l’aide d’«armes à feu et de l'artillerie».

«L’ennemi n’a pas enregistré de succès et s’est replié. Nous n’avons pas perdu nos positions», a soutenu Ievguen Ierine.

10:39

Le Kremlin accuse Johnson de mentir en disant que Poutine l’a menacé avec des missiles

Le Kremlin a accusé de «mensonge» l’ex-Premier ministre britannique Boris Johnson, qui affirme dans un documentaire que le président russe Vladimir Poutine l’a menacé d’utiliser des missiles peu avant l’offensive en Ukraine.

«Ce qu’a dit monsieur Johnson, c’est un mensonge. C’est soit un mensonge délibéré, mais alors dans quel but? Soit c’est un mensonge involontaire, dans la mesure ou il n’a pas compris ce que lui disait le président Poutine», a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov (ci-dessous, à l'arrière-plan), assurant qu’il n’y avait eu «aucune menace au moyen de missiles».

AFP
10:13

La Pologne va consacrer 4% de son PIB au budget pour la Défense en raison de la guerre

En Pologne, pays de l’OTAN et voisin de l’Ukraine en guerre avec la Russie, le budget de la défense nationale atteindra en 2023 4% du produit national brut (PIB), a annoncé lundi le Premier ministre, Mateusz Morawiecki.

«La guerre en Ukraine fait qu’on doit nous armer encore plus vite. Pour cette raison nous ferons un effort sans précédent (en transmettant, ndlr) 4% du PIB pour l’armée polonaise», a déclaré le chef du gouvernement aux journalistes.

REUTERS
09:37

L'armée russe progresse à Vougledar, selon un chef prorusse

Les troupes russes progressent près de la ville de Vougledar, nouveau point chaud du front dans l’est de l’Ukraine où Moscou a intensifié son offensive, a assuré lundi le chef des séparatistes prorusses de Donetsk, Denis Pouchiline.

Selon lui, l’armée ukrainienne «a eu le temps de se retrancher» dans ce secteur qui compte «un grand nombre de sites industriels et de bâtiments en hauteur», ce qui facilite les opérations défensives. «Donc nous partons du principe que l’ennemi va résister.»

Vougledar, ville minière qui comptait 15.000 habitants avant l’offensive russe, est située 150 kilomètres au sud de Bakhmout, autre point chaud du front oriental que l’armée russe cherche à prendre depuis plus de six mois au prix de lourdes pertes.

REUTERS
09:10

Kiev accuse le CIO d’être un «promoteur de la guerre» en Ukraine

La présidence ukrainienne a monté le ton lundi contre le Comité international olympique (CIO), l’accusant d’être «un promoteur de la guerre» car il examine la possibilité d’autoriser la participation d’athlètes russes sous bannière neutre aux JO-2024.

«Le CIO est un promoteur de la guerre, du meurtre et de la destruction. Le CIO regarde avec plaisir la Russie détruire l’Ukraine et offre ensuite à la Russie une plateforme pour promouvoir le génocide» des Ukrainiens, a lancé sur Twitter le conseiller de la présidence Mykhaïlo Podoliak, visant personnellement Thomas Bach, le patron allemand du Comité.