Guerre en Ukraine: L'ex-président de Moldavie, pro-russe, placé en garde à vue

Guerre en UkraineL'ex-président de Moldavie, pro-russe, placé en garde à vue

Suivez l'actualité du conflit et les tensions entre Moscou et l'Occident.

par
AFP

Votre opinion

mardi, 24.05.2022
08:33

L'ex-président de Moldavie, pro-russe, placé en garde à vue

L’ex-président prorusse de la Moldavie, Igor Dodon (photo ci-dessous), a été placé, mardi, en garde à vue, soupçonné de trahison et corruption, a annoncé le parquet de ce pays où les tiraillements entre pro-occidentaux et pro-russes se sont accentués avec le conflit en Ukraine.

«Igor Dodon a été arrêté mardi matin, pour 72 heures. Il est détenu au centre de détention provisoire du Centre national de lutte contre la corruption», a annoncé la porte-parole du bureau de procureur général, Mariana Chiorpec.

Elle a ajouté que des perquisitions étaient en cours dans une douzaine de lieux, des bureaux liés à l’ex-dirigeant et son domicile de Chisinau, la capitale de l’ex-république soviétique. Il est ciblé dans le cadre d’une enquête pour «trahison d’Etat», «corruption passive», «financement d’un parti politique par une organisation criminelle» et «enrichissement illégal».

AFP
lundi, 23.05.2022
21:04

La situation est «extrêmement difficile» dans le Donbass, selon le président Zelensky

Sur le terrain, «les prochaines semaines de guerre seront difficiles», a prévenu lundi le président Zelensky dans son allocution télévisée du soir. «Les occupants russes s’efforcent de montrer qu’ils n’abandonneront pas les zones occupées de la région de Kharkiv (nord-est), qu’ils ne rendront pas la région de Kherson (sud), les territoires occupés de la région de Zaporijjia (sud-est) et le Donbass (est). Ils avancent quelque part. Ils renforcent leurs positions ailleurs».

AFP

La situation est même «extrêmement difficile» dans le Donbass, où Moscou, qui y a rassemblé ses forces après avoir échoué à prendre Kiev, bombarde Severodonetsk intensément. Les Russes «cherchent à éliminer tout ce qui est vivant» dans la région, a accusé le président Zelensky. «Personne n’a détruit le Donbass comme les troupes russes le font maintenant».

18:01

Selon le Pentagone, vingt pays s’engagent à fournir des armes supplémentaires à l’Ukraine

Vingt pays se sont engagés à fournir des armes supplémentaires à l’Ukraine pour faire face aux forces russes, lors d’une réunion des alliés, lundi, a annoncé le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin. «La rencontre d’aujourd’hui s’est très bien passée», a-t-il déclaré. «De nombreux pays vont donner des munitions d’artillerie, des systèmes de défense côtière, des chars et autres blindés qui sont indispensables» pour l’armée de Kiev, a-t-il ajouté.

AFP
15:16

Conquise par Moscou, la région de Kherson instaure le rouble à côté de la hryvnia

Les nouvelles autorités prorusses de la région ukrainienne de Kherson, conquise par Moscou, ont fait, lundi, de la monnaie russe, le rouble, la devise officielle en parallèle à la hryvnia ukrainienne. «La région devient une zone à double devise: le rouble va circuler au même titre que la hryvnia. Les sociétés et les entrepreneurs peuvent afficher les prix dans les deux monnaies», a annoncé l’administration civile et militaire de cette région du sud de l’Ukraine. «Le cours est de deux roubles pour une hryvnia.»

Elle ajoute que la première agence d’une banque russe ouvrira «très prochainement» à Kherson, la capitale régionale. Fin avril, un responsable local avait affirmé que rouble et hryvnia pourraient circuler pendant une période de transition, avant un passage complet à la monnaie russe, une possibilité qui n’a pas été évoquée lundi par l’administration régionale prorusse. Des responsables locaux et russes ont toutefois fait état de la possibilité que toute la région soit rattachée à terme à la Russie.

REUTERS
13:56

Opposé à la guerre, un diplomate russe démissionne avec fracas à Genève

Un diplomate russe basé à Genève et opposé à la guerre contre l’Ukraine a annoncé avec fracas sa démission, affirmant dans une lettre rendue publique que «jamais» il n’avait eu «autant honte» de son pays, selon plusieurs sources concordantes. Boris Bondarev, conseiller auprès de la Représentation permanente russe, a envoyé un courriel à des collègues diplomates pour annoncer sa décision, qui a été révélée par l’ONG UN Watch et confirmée par plusieurs sources diplomatiques.

«Durant les 20 ans de ma carrière diplomatique j’ai vu différents tournants dans notre politique étrangère, mais jamais je n’ai eu autant honte de mon pays que le 24 février de cette année.» Boris Bondarev – dont le nom apparaît bien dans l’annuaire officiel des diplomates auprès de l’ONU à Genève – dit avoir travaillé au Ministère russe des affaires étrangères depuis 2002 et depuis 2019 au bord du Léman.

13:34

Blessé dans une explosion, le maire prorusse d’Energodar est hors de danger

Un maire désigné par Moscou, à Energodar, une ville du sud de l’Ukraine sous contrôle russe, est hors de danger, après avoir été blessé dans une explosion, ont annoncé, lundi, les autorités locales, le Kremlin dénonçant un «attentat». «Le maire, malheureusement, a subi des brûlures et des blessures», a déclaré un responsable prorusse de la sécurité, Alexeï Selivanov. Il a dénoncé une attaque des «services secrets ukrainiens» ayant visé à «intimider à la population civile» des territoires conquis par l’armée russe.

Dimanche, Andreï Chevtchik et deux de ses gardes du corps ont été victimes d’une explosion dans l’entrée d’un immeuble résidentiel à Energodar. Les enquêteurs ont dit qu’une «bombe artisanale» avait été placée dans une armoire électrique. Andreï Chevtchik a été nommé maire d’Energodar, après que les troupes russes se sont emparées, en mars, de cette ville et de la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d’Europe, située sur son territoire.

Andreï Chevtchik lors d'une visite guidée de la centrale nucléaire de Zaporijjia, le 1er mai dernier.

Andreï Chevtchik lors d'une visite guidée de la centrale nucléaire de Zaporijjia, le 1er mai dernier.

AFP
12:03

La Russie examine le plan de paix proposé par l’Italie

La Russie a reçu le plan de paix proposé par l’Italie, a déclaré lundi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Andreï Roudenko, cité par les agences russes. «Nous sommes en train de l’étudier», a-t-il déclaré.

Le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio a annoncé vendredi que son pays avait proposé à l’ONU la constitution d’un «groupe international de facilitation» pour tenter de parvenir «pas à pas» à un cessez-le-feu en Ukraine.

AFP

Les détails de ce plan n’ont pas été publiés, mais selon «La Repubblica» le document prévoit quatre étapes:

- un cessez-le-feu en Ukraine et la démilitarisation du front sous supervision de l’ONU.

- des négociations sur le statut de l’Ukraine, qui entrerait dans l’UE mais pas dans l’OTAN.

- un accord bilatéral entre l’Ukraine et la Russie sur la Crimée et le Donbass.

- la conclusion d’un accord multilatéral de paix et de sécurité en Europe, ayant notamment pour objet le désarmement, le contrôle des armes et la prévention des conflits.

11:52

Près de 90 morts dans une attaque contre une base militaire

Volodymyr Zelensky a déclaré lundi, que 87 personnes étaient mortes dans une attaque russe, le 17 mai, contre une base militaire ukrainienne, dans le nord du pays.

«Aujourd’hui, sous les décombres à Desna, il y a 87 victimes. 87 cadavres, des victimes qui ont été tuées», a dit le président ukrainien, qui intervenait en visioconférence au Forum économique mondial (WEF) de Davos.

Ce bilan pourrait être l’un des plus meurtriers des bombardements russes en Ukraine depuis le début de la guerre le 24 février. La frappe a visé ce village qui abrite un grand camp d’entraînement militaire et situé à une soixantaine de kilomètres au nord de Kiev.

Il s’agissait d’une attaque inhabituelle dans cette région proche de la capitale et reprise plusieurs semaines auparavant par les soldats ukrainiens après le retrait des troupes russes de la région de Kiev dans les derniers jours de mars.

AFP
10:17

Zelensky réclame à Davos des sanctions «maximales» contre la Russie

Les sanctions de la communauté internationale contre Moscou «devraient être maximales», avec notamment «aucun commerce avec la Russie», a déclaré le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, lors d’un discours en visioconférence durant la réunion du Forum économique mondial à Davos, lundi. Il a aussi réclamé davantage d’armes pour son pays. «L’Ukraine a besoin de toutes les armes que nous demandons, pas seulement de celles qui ont été fournies», a-t-il dit.

En savoir plus dans notre article.

09:32

Zelensky s'adresse en live au WEF

Le président ukrainien s'est adressé lundi matin, en live, au Forum économique mondial (WEF). «La Russie est en train de devenir un État criminel», a-t-il affirmé. Le président ukrainien a, dans son discours, fait allusion à Hitler, sans le nommer, en rappelant «tous les dégâts que peut faire une seule personne, comme en 1938».

Volodymyr Zelensky a insisté sur la nécessité d'imposer des sanctions économiques à la Russie. «Nous proposons à toutes les entreprises qui quittent le marché russe de venir en Ukraine. Je vous invite à prendre part à la reconstruction de ce pays. Nous proposons un modèle innovant, unique, où chaque État pourra parrainer une région. Cela permettra d'attirer les meilleurs spécialistes, mais cela sera aussi la plus grande opération de reconstruction en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.»

Son intervention a été saluée par une standing ovation.

08:20

La Nouvelle-Zélande va entraîner des artilleurs ukrainiens

Le gouvernement de Nouvelle-Zélande a annoncé lundi, qu’il allait envoyer au Royaume-Uni une trentaine d’instructeurs militaires pour y entraîner des artilleurs ukrainiens.

Ces instructeurs néo-zélandais formeront les militaires ukrainiens, à l’utilisation de canons légers de 105 mm L119. Quelque 230 artilleurs bénéficieront de cet entraînement, qui durera jusque fin juillet.

La Nouvelle-Zélande a déjà envoyé un avion Hercules et du personnel militaire en Europe, pour des missions logistiques et de renseignement, afin d’aider l’Ukraine à se défendre contre l’invasion russe.

06:44

La Russie «doit payer à long terme» son invasion

Joe Biden a déclaré lundi, à Tokyo, que la Russie «doit payer un prix à long terme» pour sa «barbarie en Ukraine» en termes de sanctions imposées par les États-Unis et leurs alliés.

«Il ne s’agit pas seulement de l’Ukraine», a dit le président américain. Car si «les sanctions n’étaient pas maintenues à de nombreux égards, alors quel signal cela enverrait-il à la Chine, sur le coût d’une tentative de prise de Taïwan par la force?», s’est-il interrogé.

AFP
22:53

Un maire désigné par Moscou blessé dans une explosion en Ukraine

Andreï Chevtchik, le maire installé par Moscou d’Energodar, ville du sud de l’Ukraine accueillant la plus grande centrale nucléaire d’Europe, a été blessé dans une explosion dimanche, ont annoncé un responsable ukrainien et des agences de presse russes.

«Nous avons la confirmation précise que lors de l’explosion, Andreï Chevtchik, le chef auto-proclamé de ''l’administration populaire'', et ses gardes du corps ont été blessés», a annoncé sur Telegram Dmytro Orlov, maire élu d’Energodar. Ce dernier a ajouté qu’ils étaient à l’hôpital «avec des blessures de gravité variable», mais les circonstances de l’explosion restent à éclaircir.

Citant une source des services d’urgence, l’agence de presse russe RIA Novosti a précisé qu'Andreï Chevtchik se trouve en soins intensifs. L’explosion a été causée par un «engin explosif artisanal», selon l’autre agence russe TASS, citant une source dans les forces de l’ordre.

dimanche, 22.05.2022
21:01

Les forces russes «concentrées» dans le Donbass

En Ukraine, sur le terrain, «toutes les forces russes sont concentrées dans les régions de Lougansk et de Donetsk» dans le Donbass, a écrit dimanche Serguiï Gaïdaï, le gouverneur de la région de Lougansk, sur Telegram. En matière d’armements aussi, «tout est concentré ici», a-t-il ajouté y compris les fameux complexes antiaériens et antimissiles S-300 et S-400, équivalent des Patriot américains.

AFP

À Severodonetsk, ville de la région de Lougansk encore sous contrôle de Kiev, «ils utilisent la tactique de terre brûlée, ils détruisent délibérément la ville» avec des bombardements aériens, des lance-roquettes multiples, des mortiers ou des chars qui tirent sur les immeubles, a-t-il ajouté.

Selon un point presse de l’armée ukrainienne sur Facebook, au moins sept civils ont été tués et huit blessés dans des bombardements dans la région de Donetsk, où 45 localités ont été touchées. «Le bilan pour la région de Lougansk est en cours de clarification», selon la même source.

18:44

La Russie affirme être prête à reprendre des pourparlers

Le négociateur russe Vladimir Medinsky a affirmé dimanche que la Russie était prête à reprendre des pourparlers de paix avec l’Ukraine, assurant que leur suspension était due à Kiev. «Pour notre part, nous sommes prêts à continuer le dialogue», a affirmé Vladimir Medinski, conseiller du Kremlin chargé des négociations avec Kiev, dans un entretien avec la télévision bélarusse. «Le gel des pourparlers a été entièrement une initiative de l’Ukraine», a-t-il ajouté, estimant que la «balle était dans leur camp». «La Russie n’a jamais refusé des négociations», a-t-il encore dit.

Des négociations ont eu lieu après que les forces russes sont entrées en Ukraine le 24 février et ont échoué à prendre rapidement la capitale. Les ministres des Affaires étrangères russe et ukrainien se sont rencontré en mars en Turquie, puis les délégations se sont retrouvées à Istanbul, mais sans succès. Le négociateur ukrainien Mykhaylo Podolyak a déclaré mardi que les pourparlers étaient «suspendus», alors que la Russie a recentré et relancé son «opération spéciale» sur l’est de l’Ukraine.

Le négociateur russe Vladimir Medinsky.

Le négociateur russe Vladimir Medinsky.

AFP
18:03

Le conflit a fait jusqu'ici des dizaines de milliers de morts

Il n’existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit. Rien qu’à Marioupol (sud-est), les autorités ukrainiennes ont parlé de 20'000 morts. Et les enquêteurs ukrainiens affirment avoir identifié «plus de 8000 cas» présumés de crimes de guerre. Le président Zelensky a déclaré qu’environ 2500 à 3000 soldats ukrainiens avaient été tués et quelque 10'000 blessés.

Sur le plan militaire, le ministère ukrainien de la Défense évalue les pertes russes à plus de 28'700 hommes, 204 avions et plus de 1200 chars depuis le début de l’invasion le 24 février. Le Kremlin a admis des «pertes importantes». Des sources occidentales évoquent jusqu’à 12'000 soldats russes tués. Aucune statistique indépendante n’est disponible.

AFP
14:37

Emmanuel Macron demande aux membres de l’OMS de condamner l’agression russe

Le président français, Emmanuel Macron, a demandé dimanche aux pays membres de l’Assemblée mondiale de la santé (OMS) de soutenir une résolution condamnant l’agression militaire de la Russie contre l’Ukraine, et «réaffirmé la pleine solidarité de la France et de l’Union européenne avec l’Ukraine».

«Nous condamnons avec la plus grande fermeté l’agression militaire commise par la Russie, avec la complicité coupable de la Biélorussie», a lancé le président dans un message vidéo à l’ouverture de l’Assemblée, qui se réunira toute la semaine à Genève.«Les conséquences de cette guerre sont dévastatrices, sur le plan sanitaire, sur les populations, sur les établissements et sur les personnels de santé, qui sont pris pour cible», a dénoncé Emmanuel Macron. «J’appelle tous les Etats membres à soutenir la résolution présentée par l’Ukraine», soutenue déjà par les principaux alliés dont la France, l’UE et les Etats-Unis.

Le texte devrait être adopté mardi mais s’il condamne fermement la Russie, il ne prévoit «en aucun cas (son) expulsion», faisait valoir un diplomate occidental, rappelant que les sanctions contre un pays membre autorisées par le règlement de l’OMS sont «très faibles».

Emmanuel Macron a délivré un message vidéo à l'ouverture de la 75e Assemblée mondiale de la santé de l'OMS à Genève.

Emmanuel Macron a délivré un message vidéo à l'ouverture de la 75e Assemblée mondiale de la santé de l'OMS à Genève.

AFP
14:13

Pour la Pologne, tout retour à la normale avec Moscou est impossible après Boutcha

Le président polonais, Andrzej Duda, a estimé dimanche que tout «business as usual» avec la Russie était désormais impossible après la découverte de massacres de civils en Ukraine, imputés aux troupes russes.

«Après Boutcha, Borodianka, Marioupol, il ne peut plus y avoir de «business as usual» avec la Russie», a-t-il déclaré lors d’un discours devant le Parlement ukrainien à Kiev, plusieurs fois interrompu par des ovations debout.

Des centaines de cadavres de civils ont été découverts à Boutcha et Borodianka, des villes près de Kiev occupées puis abandonnées par l’armée russe. La ville de Marioupol, dans le sud-est de l’Ukraine, n’est plus que ruines après trois mois de siège et de bombardements incessants qui ont tué au moins 20'000 civils, selon les autorités ukrainiennes.

«Un monde honnête ne peut pas revenir à l’ordre du jour en oubliant les crimes, l’agression, les droits fondamentaux piétinés», a ajouté le président polonais, en présence également de son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, et son homologue polonais, Andrzej Duda.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, et son homologue polonais, Andrzej Duda.

AFP
12:52

L’adhésion de l’Ukraine à l’UE prendra «sans doute 15 ou 20 ans»

L’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne prendra «sans doute 15 ou 20 ans», a estimé dimanche le ministre délégué français aux Affaires européennes, qui estime que Kiev peut entrer en attendant dans la communauté politique européenne proposée par le président Macron.

«Il faut être honnête. (...) Si on dit que l’Ukraine va rentrer dans l’UE dans 6 mois, 1 an ou 2 ans, on ment. Ce n’est pas vrai. C’est sans doute 15 ou 20 ans, c’est très long», a affirmé Clément Beaune sur les ondes de Radio J.

«Je ne veux pas qu’on vende aux Ukrainiens des illusions et des mensonges. Si l’on dit aux Ukrainiens: «Bienvenue dans l’UE», mais vous n’avez pas lu sur le contrat, en note de bas de page, «Coucou c’est dans 15 ans», je pense qu’on prépare demain des déceptions pour toute une génération du peuple ukrainien», a-t-il poursuivi. «En attendant on doit aux Ukrainiens (...) un projet politique dans lequel ils peuvent rentrer», a poursuivi Clément Beaune.

La communauté politique européenne proposée par le président Macron est «complémentaire de l’UE» et «peut offrir un projet politique et concret à des pays qui ne sont pas dans le coeur de l’UE et qui veulent se rapprocher de nous», a encore observé le ministre.

Clément Beaune, ministre délégué français aux Affaires européennes.

Clément Beaune, ministre délégué français aux Affaires européennes.

AFP
12:40

La loi martiale et la mobilisation générale sont prolongées jusqu’au 23 août

La loi martiale et la mobilisation générale en Ukraine, pays en guerre depuis son invasion par la Russie fin février, ont été prolongées dimanche de trois mois, jusqu’au 23 août.

Lors de deux votes, le Parlement ukrainien, la Rada, a approuvé dimanche par la majorité absolue les décrets présidentiels sur la loi martiale et la mobilisation générale.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, avait signé le 24 février ces deux décrets. Ils ont déjà été prolongés à deux reprises pour une durée d’un mois.