24.10.2020 à 23:33

FootballLiverpool s’impose, United et City souffrent

Les Reds sont venus à bout de Sheffield alors que les équipes de Manchester n’ont pas réussi à vaincre.

De la tête, Diogo Jota a marqué le but de la victoire pour Liverpool.

De la tête, Diogo Jota a marqué le but de la victoire pour Liverpool.

AFP

Liverpool a rejoint le leader Everton avec 13 points en battant Sheffield United (2-1) samedi, lors de la 6e journée de Premier League, alors que les deux Manchester, City et United, accrochés par West Ham (1-1) et Chelsea (0-0) stagnent dans la seconde moitié du classement.

Si tout n’a pas été simple contre Sheffield, Liverpool semble trouver son rythme de croisière grâce à ce succès qui porte son pécule à 13 points, autant qu’Everton qui le devance à la différence de buts avant d’aller à Southampton dimanche.

Buts typiques des Reds

Les Blades, toujours avant-derniers avec un point, avaient ouvert le score sur un penalty concédé par Fabinho, qui remplace Virgil van Dijk dans l’axe de la défense, et transformé par Sander Berge (1-0,13e).

Mais les hommes de Jürgen Klopp ont renversé la tendance sur deux buts typiques des Reds, grâce à des centres précis. Sur le premier, Henderson a trouvé la tête de Sadio Mané, le ballon a été repoussé par Aaron Ramsdale mais aussitôt repris par Roberto Firmino (1-1, 41e).

Sur le second, Mané a posé le ballon sur la tête de Diogo Jota, choisi pour pallier l’absence de Thiago Alcantara (2-1, 64e). De quoi offrir un succès disputé, et longtemps contesté par Sheffield, aux champions en titre.

Manchester United peu menaçant

Les Red Devils n’ont pas pu enchaîner après leur succès au Parc (2-1) en Ligue des champions, butant sur un Edouard Mendy très solide dans les cages londoniennes.

Au cours d’un match disputé en bonne partie sous des trombes d’eau, les deux entraîneurs ont apparemment surtout voulu se rassurer sur leur solidité défensive.

Les Blues, en 3-4-3, semblaient pourtant armés offensivement, mais hormis une faute flagrante de Harry Maguire dans la surface sur César Azpilicueta à la 40e minute, qui n’a même pas été analysée par la VAR, ils n’ont guère été menaçants.

Pogba sur le banc

De son côté, Ole Gunnar Solskjaer avait laissé sur le banc Paul Pogba, Mason Greenwood et Edinson Cavani, Marcus Rashford démarrant en pointe devant Bruno Fernandes.

Le grand homme du match aura été Mendy, le gardien arrivé cet été de Rennes, qui a pourtant été tout près de mettre le ballon dans son propre but en ratant une passe (30e).

Mais le Sénégalais a ensuite été intraitable en repoussant du pied un tir de Rashford (35e) puis une frappe de Juan Mata (41e) à l’entrée de la surface.

En seconde période, il a sauvé le point du nul en détournant une tentative enroulée de Rashford de 20 mètres (90+1).

Un peu plus tôt, Cavani, tout juste entré en jeu, avait failli marquer sur son premier ballon en rouge, d’une déviation au premier poteau sur un centre de Fernandes (59e).

Ce point glané à Old Trafford place provisoirement Chelsea au 6e rang, alors que Manchester n’est que 15e.

City perd deux points et peut-être Agüero

À trois jours de son déplacement à Marseille pour la Ligue des champions, Manchester City a encore manqué d’inspiration offensive à West Ham (1-1).

Bernardo Silva et Riyad Mahrez n’ont pas fait oublier Kevin de Bruyne, sur le banc au coup d’envoi, et les hommes de Pep Guardiola se sont montrés trop prévisibles pour créer le danger face au 5-3-2 des Hammers. Ils pointent désormais à la 12e place de la Premier League.

Les Hammers avaient même ouvert le score sur un très beau retourné de Michail Antonio (1-0, 18e) et le point pris ne paraît pas une si mauvaise opération au final.

«Beaucoup de blessés, un manque de préparation (d’avant-saison), pas beaucoup de récupérations et des matches difficiles à jouer jusqu’ici», a énuméré Guardiola comme causes de cette relative contre-performance.

Foden vivifiant

À la liste des blessés s’est d’ailleurs ajouté Sergio Agüero, sorti à la pause. Le Catalan n’a donné aucune information sur la nature de la blessure ou sa gravité mais elle n’a aucun lien avec celle qui l’avait privé de la fin de saison dernière.

L’égalisation est venue de l’entrée vivifiante de Phil Foden, trouvé dos au but dans la surface et dont la frappe en pivot à ras de terre n’a laissé aucune chance à Lukasz Fabianski (1-1, 51e).

Deux grosses occasions de Raheem Sterling (86e) et Mahrez (90e+3), en toute fin de match, n’ont rien changé au résultat de ce match sans doute suivi avec attention par l’OM, avec à la clé plein d’enseignements.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé