Hockey sur glace - L’occasion paraissait presque trop belle pour Genève
Publié

Hockey sur glaceL’occasion paraissait presque trop belle pour Genève

Le GSHC est revenu de Zurich avec l’avantage de la glace dans la soute à bagages en s’imposant (1-2) face à une équipe touchée dans sa chair.

par
Grégory Beaud
(Zurich)
Sport-Center

Lorsque la saison sera terminée, les Genevois seraient bien inspirés d’envoyer une petite boîte de chocolat à leurs voisins lausannois. En quart de finale, le LHC a usé les Zurich Lions jusqu’à vendredi soir. Ce dimanche, Rikard Grönborg n’a pas pu inscrire plusieurs noms importants sur la feuille de match. Blessés, Marcus Krüger, Maxim Noreau et Denis Hollenstein manquaient à l’appel. Ceci n’a évidemment pas pour but de minimiser la qualité du succès acquis par la troupe de Patrick Emond. Mais les trois hommes auraient probablement pu donner une autre allure à cette rencontre tant ils sont importants.

A lire ici, le compte-rendu de la rencontre.

Mais parlons plutôt des Genevois. Les Grenat ont fait à peu près tout juste durant cette première rencontre des demi-finales. Après une série initiale rondement menée contre FR Gottéron, les hommes de Patrick Emond ont dû faire face à une autre opposition, notamment sur le plan physique. Mais les Noah Rod & Cie ont parfaitement répondu après un premier quart d’heure un rien compliqué. Par la suite, GE Servette a fait bloc devant un Daniel Manzato malchanceux sur l’égalisation zurichoise. Le suppléent de Gauthier Descloux a vu l’essai de Ryan Lasch pris depuis derrière son but terminer dans les filets de manière inexplicable.

MySports

Cette égalisation a ponctué une séquence de cinq minutes où tout est allé de travers pour GE Servette. Et, malgré tout, les Grenat n’ont pas paniqué ni même dévié de leur plan de match. Appliqués en zone défensive, ils ont su attendre les situations spéciales pour faire la différence. L’archétype du vrai match de play-off en somme. On bétonne derrière et on marque en power-play. Simple non?

Richard de parade

Si tous les projecteurs étaient logiquement tournés sur le double buteur Henrik Tömmernes, Tanner Richard mérite également une partie de la lumière. Le joueur de centre a littéralement «bouffé» Garrett Roe dans les cercles d’engagement. Capable de jouer avec les limites du règlement (voire au-delà?), le No 71 a permis à son équipe de posséder la rondelle plus souvent qu’à son tour. Avec 20 engagements remportés sur 24 (!), il a été absolument parfait. Si l’on ajoute à cela trois tirs bloqués et une précieuse présence en infériorité numérique, il a fait presque tout juste au Hallenstadion.

Cette victoire initiale met Zurich sacrément sous pression au moment de se rendre à Genève mardi. Comme cette série se déroule au meilleur des cinq matches, les hommes de Rikard Grönborg n’auront que deux occasions de reprendre l’avantage de la glace aux Grenat.

Votre opinion