Logitech remet au sommet les joies de la frappe mécanique 
Publié

NouveautéLogitech remet au sommet les joies de la frappe mécanique

La firme aux racines helvétiques lance deux Rolls dans le domaine du clavier et de la souris. On ressort de nos tests épatés.

par
Jean-Charles Canet
1 / 2
Les claviers MX Mechanical et la souris MX Master 3S. Prêts à l’emploi.

Les claviers MX Mechanical et la souris MX Master 3S. Prêts à l’emploi.

dr
L’entrée de l’Ergo Lab de Logitech sur le campus de l’EPFL. Là où ont été conçus les claviers et souris Master Series.

L’entrée de l’Ergo Lab de Logitech sur le campus de l’EPFL. Là où ont été conçus les claviers et souris Master Series.

dr

En matière de nouveauté high-tech, il est devenu difficile de nous surprendre. Logitech y est parvenu avec une nouvelle gamme de clavier, les MX Mechanical, et une évolution d’un de leur modèle de souris haut de gamme, la MX Master 3, dont le chiffre est complété de la lettre S.

Côté clavier, ce que Logitech introduit est tiré de son expérience en matière de périphériques pour gamers, ou les claviers mécaniques sont rois pour des raisons liées notamment à la sensibilité des touches et à la réactivité. Logitech ne cache pas draguer ainsi les jeunes gamers entrés dans le monde du travail et qui veulent retrouver le ressenti particulier de ces touches qui s’enfoncent en produisant le cliquetis charmant des claviers à l’ancienne.

Des clics et des «clacs»

Le modèle testé est celui le plus mis en avant par Logitech, avec les «clacs» les plus discrets. Mais deux autres variantes existent, dont l’une avec les «clacs» plus sonores. Ils pourront être commandés en ligne pour autant que les versions qwertz helvétiques deviennent à terme disponibles. Pour l’heure, ce n’est pas le cas.

Rien de désuet pourtant, le «Mechanical» étant associés aux technologies numériques et options de personnalisations les plus avancées: rétroéclairage et personnalisation des touches notamment. Les deux modèles introduits (un standard, l’autre plus compact) sont des modèles sans fils communicants avec le (ou les) PC via le protocole Bluetooth. Ils peuvent être connectés directement ou avec un récepteur «Bolt» fourni qu’il s’agit d’introduire dans l’un des ports USB de l’ordinateur. Dans ce dernier cas, la connexion répond aux normes de performances et de sécurité les plus sévères. Bon à savoir cependant que l’utilisateur lambda qui n’a forcément besoin de transformer son outil en coffre-fort a le choix de la connectique Bluetooth, l’un avec le dongle USB, l’autre sans. Sur notre matériel, les deux protocoles ont fonctionné à satisfaction dans tous les cas que cela soit sur PC ou sur Mac.

Batterie rechargeable

Précisons encore que les deux claviers testés sont alimentés par une batterie rechargeable (via un câble USB-C fourni). Le fabricant assure que l’autonomie peut aller jusqu’à 10 mois avec l’éclairage LED des touches désactivé et jusqu’à 15 jours avec l’éclairage activé.

Passons maintenant à ce qui nous a séduits au terme des premières heures d’usage des deux modèles. La qualité de la manufacture, tout d’abord. Le clavier inspire confiance en termes de robustesse et de durabilité. Et son poids, lié à sa vocation mécanique, lui assure une stabilité de frappe rassurante.

Les sensations de frappe ensuite, ont les a trouvé, c’est subjectif bien sûr, tout à fait extraordinaire. Un sommet dans l’agréable sans pour autant que cela devienne un casse oreille pour nos potentiel(le)s voisin(ne)s.

Le rétroéclairage encore, monocolore (blanc) mais configurable en intensité et en effets (pulsation, vague, aléatoire…).

Quelques effets lumineux configurables sur le MX Mechanical Mini.

dr

La simplicité de la configuration initiale et les possibilités de personnalisation enfin. L’appareiller à un PC, puis à un Mac, puis à un autre PC fut un jeu d’enfant tout comme la possibilité de passer d’un appareil à un autre sans devoir tout reconfigurer. L’usage du logiciel «Logi Options+» téléchargeable sur le site de Logitech s’est révélé un modèle d’emploi sobre, clair et efficace et a renforcé notre ressenti.

Le logiciel «Logi Options+» permet de gérer et de personnaliser ses périphériques. Et notamment de surveiller l’état de charge des batteries.  

Le logiciel «Logi Options+» permet de gérer et de personnaliser ses périphériques. Et notamment de surveiller l’état de charge des batteries.  

dr

Conçus à l’Ergo Lab de Lausanne, dans le campus de l’EPFL et fabriqué en Chine, Les MX Mechanical peuvent porter fièrement cette marque de demi-parentalité helvétique.

Côtés regret, le seul, les touches du clavier ont beau être interchangeables, ces modèles ne permettent cependant pas une réaffectation logicielle des lettres (seulement un bon nombre de touches annexes) ce qui permettrait de transformer à la volée un clavier qwertz en clavier azerty, par exemple.

Une souris dans le placard

La souris MX Master 3S passe du clic métallique au clic sur de la ouate.

La souris MX Master 3S passe du clic métallique au clic sur de la ouate.

dr

Et la souris dans tout cela? Le fait qu’il s’agisse d’une mise à jour de l’acclamée MX Master 3 permet de nous cantonner sur la principale nouveauté du modèle 3S: un clic gauche et droit plus discret; le tout sur une ergonomie (la pose de la main sur le bousin) et sur la précision de pointage hors pair qui a fait sa réputation quasi indisputée. Cela pourra paraître peu pour un usager du modèle précédent mais, nous qui découvrons le rejeton avec retard, on n’en peut plus d’apprécier autant le confort et, surtout, la molette lestée permettant de descendre – en mode cranté ou non - une page web à la vitesse de l’éclair en jouant sur son inertie.

Le placement dans la catégorie «Master Series» de ces produits indique clairement qu’il ne s’agit pas d’entrées de gamme. Cela se reflète sans surprise dans leurs prix qui, compte tenu des qualités constatées, sont conséquents sans pour autant paraître excessifs: 199 francs pour le MX Mechanical, 169 francs pour le MX Mechanical Mini et 139 francs pour la souris MX Master 3S.

Votre opinion

0 commentaires