15.10.2020 à 17:17

CoronavirusL’OMS affirme que la Suisse peut encore contrôler la propagation

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus a rencontré les présidents des Chambres fédérales Isabelle Moret (PLR/VD) et Hans Stöckli (PS/BE).

Les présidents des deux Chambres fédérales Isabelle Moret (PLR/VD) et Hans Stöckli (PS/BE) ont dialogué avec le directeur général de l’Organisaiton mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus à Genève.

Les présidents des deux Chambres fédérales Isabelle Moret (PLR/VD) et Hans Stöckli (PS/BE) ont dialogué avec le directeur général de l’Organisaiton mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus à Genève.

KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Les présidents des Chambres fédérales Isabelle Moret (PLR/VD) et Hans Stöckli (PS/BE) ont rencontré le patron de l’OMS à Genève, alors que la situation du Covid se détériore en Suisse. Celui-ci leur a affirmé jeudi que la Suisse peut encore contrôler la propagation.

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus «nous dit que certains pays ont réussi à maîtriser le Covid sans qu’on ait encore ce fameux vaccin», a dit à Keystone-ATS la présidente du Conseil national. «C’est faisable», a-t-elle affirmé au terme d’une visite de deux jours dans la Genève internationale avec son homologue des Etats.

A la condition toutefois d’observer rigoureusement le port du masque, la distanciation physique, le lavage des mains et les recommandations d’hygiène. Mme Moret appelle à une prudence particulière dans les réunions familiales où la vigilance se relâche parfois.

La Vaudoise admet que «les gens en ont un peu marre». L’occasion pour elle d’envoyer une pique au Conseil fédéral. «Je regrette qu’on n’ait pas assoupli un peu plus cet été alors que la situation s’était améliorée. Cela aurait encouragé la population à reprendre le collier», dit-elle. Mais la situation n’est de loin pas la même qu’en mars où les tests étaient beaucoup moins nombreux, rappelle la première citoyenne du pays.

Pour symboliser son message d’une approche multiple à opposer au coronavirus, M. Tedros a offert de son côté un couteau suisse aux deux présidents. «Maintenant, vous êtes armée», a-t-il glissé avec un sourire à Mme Moret.

Message aux parlementaires

Plus largement, les présidents des Chambres ont fait le déplacement pour montrer «un geste fort» de soutien à la Genève internationale. Après une journée consacrée mercredi largement au Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ils ont notamment dialogué jeudi avec la directrice générale de l’ONU à Genève Tatiana Valovaya et visité le chantier de rénovation du Palais des Nations, retardé en raison de la pandémie.

Autant d’institutions qui ont reçu une part du prêt de près de 439 millions de francs voté en 2016 par le Parlement fédéral. Tous ces acteurs ont salué la qualité de la Suisse comme pays hôte, affirme la présidente du Conseil national. Avec M. Stöckli, elle a voulu aussi par cette visite rappeler à certains de ses collègues l’«importance de la Genève internationale», qui a un «impact mondial», pour l’ensemble du pays.

Le Covid aura aussi montré que les réunions futures pourraient être de plus en plus hybrides. «Il y a une opportunité pour la Suisse d’être avant-gardiste» sur les nouvelles technologies, affirme Mme Moret.

Cette visite a suivi une séquence, entamée avec la polémique sur le Pacte mondial des migrations, où les parlementaires ont affirmé leur souhait d’être davantage associés par le gouvernement à la politique extérieure suisse. «Rien qu’avec la question de l’accord institutionnel avec l’UE, il faut l’adhésion du Parlement pour avoir l’adhésion du peuple», dit Mme Moret. «C’est important», ajoute-t-elle aussi.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
58 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

BUCO

16.10.2020 à 11:38

Peut-on vraiment être sûrs de "contrôler la situation", alors que le Covid-19 est une pandémie MONDIALE ? En conclusion, que chacun se protège au mieux de ses capacités et de ses possibilités

Billy

16.10.2020 à 10:40

Franchement l'OMS est mal placée pour la ramener sachant qu'elle est sous la botte de Bill Gates qui veut nous injecter un vaccin anti Covid aux effets secondaires potentiellement catastrophiques . L'autre grand donateur est la Chine ....no comment.

luigi

16.10.2020 à 09:40

Pouvoir est une chose, vouloir en est une autre !!!