Écosse - Londres ne veut pas entendre parler d’un référendum d’indépendance avant 2024
Publié

ÉcosseLondres ne veut pas entendre parler d’un référendum d’indépendance avant 2024

Occupé par le Covid-19, le gouvernement britannique estime qu’il est prématuré de parler d’un référendum sur l’indépendance de l’Écosse avant les législatives de 2024.

L’Écosse pourra-t-elle se séparer du Royaume-Uni? Réponse, peut-être, en 2024…

L’Écosse pourra-t-elle se séparer du Royaume-Uni? Réponse, peut-être, en 2024…

AFP

Interrogé par le quotidien «The Telegraph», le ministre britannique Michael Gove, chargé de coordonner l’action du gouvernement, a écarté, mercredi, tout nouveau référendum sur l’indépendance de l’Écosse avant les prochaines législatives, en 2024.

Il a jugé «insensé» de parler de référendum au moment où le pays tente de se relever des conséquences de la pandémie de coronavirus. «Il me semble au mieux imprudent, au pire de la folie» de discuter de l’indépendance de l’Écosse «alors que les gens s’attendent à ce que nous travaillions ensemble pour relever ces défis», a-t-il dit.

Nicola Sturgeon courroucée

Cela n’a pas manqué d’agacer la Première ministre écossaise et cheffe du Parti nationaliste écossais (SNP), Nicola Sturgeon, qui dirige le gouvernement local écossais et réclame à Boris Johnson d’autoriser ce référendum. Interviewée par l’agence de presse PA, elle a qualifié les propos de Michael Gove de «forme de condescendance narquoise et arrogante», soulignant qu’à chaque fois qu’un membre du gouvernement britannique s’exprime ainsi, «il ne fait que renforcer le soutien à l’indépendance».

Lors des élections de mai dernier, la populaire Nicola Sturgeon a remporté un quatrième mandat à la tête de la nation écossaise.

Le Brexit a brouillé les cartes

Boris Johnson, qui a le dernier mot pour autoriser ou non ce référendum, s’y oppose fermement, estimant qu’une telle consultation ne peut se produire «qu’une fois par génération». Au référendum de 2014, 55% des électeurs avaient rejeté l’indépendance. Le SNP estime cependant que le Brexit a changé la donne, les Écossais s’y étant opposés à 62%, et que la nation britannique doit désormais pouvoir rejoindre l’Union européenne en tant qu’État indépendant.

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire