Tunisie - L’ONU s’inquiète de la situation en Tunisie et offre son aide

Publié

TunisieL’ONU s’inquiète de la situation en Tunisie et offre son aide

Suivant «de près» l’évolution de la situation en Tunisie, la Haute-commissaire aux droits de l’homme a expliqué que ses services étaient «là pour aider».

La Haute-commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a fait état de son inquiétude sur la situation en Tunisie mais a réitéré son offre d’assistance.

La Haute-commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a fait état de son inquiétude sur la situation en Tunisie mais a réitéré son offre d’assistance.

REUTERS

La Haute-commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a fait état de son inquiétude sur la situation en Tunisie mais a réitéré son offre d’assistance lors d’une conversation téléphonique avec le ministre tunisien des Affaires étrangères, Othman Jerandi.

La Commissaire a expliqué au ministre, qu’elle «suit la situation de près» et que ses services «sont là pour aider si (les Tunisiens) devait en faire la demande», a expliqué Marta Hurtado, porte-parole du Haut-commissariat, lors du point de presse régulier de l’ONU à Genève. «La situation est inquiétante et nous la suivons de très près et nous savons à quels défis le pays doit faire face», a ajouté Mme Hurtado.

«La situation est inquiétante et nous la suivons de très près et nous savons à quels défis le pays doit faire face»

Marta Hurtado, porte-parole du Haut-commissariat

«Ce que nous espérons c’est que tous les progrès réalisés ces 10 dernières années en termes de réformes démocratiques puissent être préservés et qu’il n’y aura pas de régression sous quelque forme que ce soit», a-t-elle insisté, rappelant que le Haut-Commissariat disposait d’un bureau sur place.

L’appel du ministre tunisien à Mme Bachelet s’inscrit dans toute une série de conversations pour rassurer les interlocuteurs après le coup de force du président le 25 juillet. M. Saied s’est octroyé les pleins pouvoirs le 25 juillet et a suspendu le Parlement, en affirmant vouloir «sauver» ce petit pays du Maghreb, rongé par des mois de blocages politiques et un nouveau pic meurtrier de Covid-19.

Sur son compte Twitter, M. Jerandi a fait état de conversations depuis une semaine avec le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, ses homologues italien Luigi Di Maio, portugais Augusto Santos Silva et belge Sophie Wilmes, au cours desquels il a défendu le bien-fondé des mesures prises par le président Saied et assuré du «choix irréversible de la démocratie et des libertés».

Face aux inquiétudes de la communauté internationale de voir la Tunisie, berceau des printemps arabes, régresser vers l’autoritarisme, le président Saied a assuré vendredi «détester la dictature». Il n’y a «pas de peur» à avoir concernant les libertés et les droits en Tunisie, a-t-il affirmé. Selon lui, les arrestations ne concernent que des personnes déjà poursuivies par la justice.

()

Ton opinion

0 commentaires