Publié

ChimieLonza va embaucher sur son site de Viège

Le fabricant bâlois va inaugurer une nouvelle infrastructure dans le canton du Valais. Des centaines d'emplois seront créés.

Archives/Photo d'illustration, Keystone

Le groupe chimique Lonza investit massivement sur son site valaisan de Viège. Un nouveau complexe de production est en cours de réalisation qui débouchera sur la création de centaines d'emplois.

«Le projet est d'importance non seulement pour le Valais ou la Suisse mais pour l'industrie pharmaceutique», a déclaré mercredi lors d'une conférence de presse à Viège (VS) le directeur général Richard Ridinger. Baptisé «Ibex», le projet innove en matière de production.

L'innovation ne se limite pas à la création de nouvelles molécules, a expliqué le responsable du secteur «Pharma & Biotech» Marc Funk. Le concept développé par Lonza permet d'accélérer d'au moins douze mois l'arrivée d'un médicament sur le marché.

Site évolutif

Le groupe mise beaucoup sur cette nouveauté. Il prévoit de bâtir jusqu'à cinq nouveaux bâtiments. Il a réservé une surface de 100'000 mètres carrés à cet effet. Les premiers coups de pioche ont été donnés à fin juin. La mise en service se fera progressivement selon les besoins dès le milieu de l'an prochain, a précisé M. Ridinger.

Le choix de Viège pour implanter cette nouvelle ligne de production s'est imposé en raison des compétences déjà présentes sur place et de l'espace disponible. «Nous pouvons construire et directement exploiter», a dit M. Ridinger. Une exploitation qui «doit créer plusieurs centaines de nouveaux emplois», selon le directeur général.

L'investissement, dont le montant n'a pas été dévoilé, est une partie importante de la feuille de route que le groupe s'est fixé pour 2022, année de son 125e anniversaire. D'ici cette date, le groupe entend porter son chiffre d'affaires, 4,13 milliards de francs l'an dernier, à 7,5 milliards de francs.

Canton satisfait

L'Etat du Valais se réjouit des nouvelles ambitions du groupe chimique. Ce projet est «une opportunité unique pour l'ensemble du canton», communique mercredi le gouvernement cantonal. Le conseil d'Etat s'engage à garantir des conditions cadres optimales pour favoriser son développement. Signe de cet intérêt, la présidente du gouvernement Esther Waeber-Kalbermatten et le chef du département de l'économie Christophe Darbellay étaient présents à la conférence de presse.

Le gouvernement évoque différentes mesures. Il entend exploiter toutes les synergies possibles avec la HES-SO et le pôle EPFL Valais. Il veut aussi accélérer et simplifier les procédures d'autorisations. Pour attirer les meilleurs spécialistes, le conseil d'Etat parle aussi de veiller à l'attractivité du canton comme lieu de vie avec une bonne qualité de logement ou une offre culturelle intéressante.

Résultats en hausse

Les ambitions affichées par le groupe chimique sont légitimées par des résultats en forte progression. «La tendance positive se poursuit et montre qu'on a pris les bonnes décisions», a déclaré M. Ridinger. Au premier semestre, le chiffre d'affaires a atteint 2,32 milliards de francs, 15,1% de mieux que lors de la même période de l'an dernier.

Le résultat opérationnel avant intérêts et impôts (EBIT) s'est envolé de 43,3% à 447 millions de francs. Le bénéfice net a fait un bond de 20,1% et se chiffre à 233 millions de francs.

La hausse est particulièrement marquée dans le secteur «Pharma & Biotech» où le chiffre d'affaires a grimpé de 27% pour atteindre 1,06 milliard de francs. Dans ce secteur, le résultat opérationnel a gagné 71,7% par rapport au premier semestre 2016 et a culminé à 273 millions de francs. Les autres secteurs affichent, ensemble, un chiffre d'affaires de 1,24 milliard de francs, en hausse de 6,3%, et un résultat opérationnel de 213 millions de francs, en augmentation de 9,8%.

La dynamique du premier semestre devrait se poursuivre au cours des six prochains mois. Pour l'ensemble de l'exercice, le groupe attend une croissance de son chiffre d'affaires proche de 10%. L'augmentation proportionnelle du résultat opérationnel devrait être «significativement plus importante que celle du chiffre d'affaires», estime la direction de l'entreprise.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!