Tennis: L’open transpi, c’est à Lausanne

Publié

TennisL’open transpi, c’est à Lausanne

Autour du court central, du monde semble accuser le coup. Et pour cause: les fortes chaleurs n’épargnent pas Lausanne et ses adeptes de tennis. Constat d’une nouvelle normalité qui fait mal.

par
Rebecca Garcia
C’est sous un soleil de plomb que les joueuses s’affrontent pour remporter le Ladies Open Lausanne.

C’est sous un soleil de plomb que les joueuses s’affrontent pour remporter le Ladies Open Lausanne.

Pascal Muller/freshfocus

Tout le monde transpire. Sur le court, les 34 degrés annoncés à 17h n’aident pas à s’économiser. «Il fait vraiment chaud», confirme, essoufflée, l’Allemande Jule Niemeier dans une interview d’après match.

La personne qui lui a posé la question n’est autre que Timea Bacsinszky. La Vaudoise reconnaît que ces températures ne sont pas habituelles à Lausanne, mais elles n’ont pas de quoi effrayer les joueuses. «Elles ont toutes joué à des endroits bien plus chauds que cela, précise celle qui a atteint deux fois les demi-finales de Roland-Garros. Elles ont l’habitude et savent s’adapter.»

«Je pense que vous préféreriez nager dans le lac en ce moment.»

Belinda Bencic, au terme de son match du jeudi

Une adaptation qui se traduit davantage par une sorte d’acceptation. L’Allemande qui a atteint les quarts de finale, où elle a été éliminée par la Russe Anastasia Potapova, se réjouit d’avoir pu profiter du lac. Simona Waltert, qui avait réalisé l’exploit de sortir la tête de série numéro 1 mardi, disait de son côté que la chaleur était moins terrible que ce qu’elle attendait. Il faut dire que son match du 1er tour avait duré 3 heures, et s’était donc terminé après le «pire» du soleil.

Tête de série numéro 2 du tournoi, Belinda Bencic, battue vendredi en quarts de finale, a aussi bénéficié d’une programmation favorable. Tant jeudi contre son amie et compatriote Susan Bandecchi que vendredi face à la Croate Petra Maria, elle est entrée sur le court en fin d’après-midi voire en début de soirée. «Je sais qu’il fait super chaud, et je pense que vous préféreriez nager dans le lac en ce moment»,  se marrait alors la Saint-Galloise, devant un public lausannois nombreux qui applaudissait.

Car les spectateurs aussi, peinent à gérer la chaleur accablante du mois de juillet. La preuve: tout le monde – ou presque – luit. Certains ont toutefois trouvé des parades. Il y a ceux qui actionnent leur brumisateur entre deux jeux, d’autres qui se couvrent de la tête aux pieds. Les plus prévoyants sont venus avec un parasol et le calent dans les chaises à leurs côtés, pour s’offrir un peu d’ombre bienvenue.

De toute manière, chacun oublie assez vite sa situation lorsque la serveuse et la receveuse se mettent en place. C’est que le choix a été fait.

Ton opinion