Miss Sénégal - L’organisatrice du concours «dérape», provoquant le dépôt de plus de 300 plaintes
Publié

Miss SénégalL’organisatrice du concours «dérape», provoquant le dépôt de plus de 300 plaintes

Après le témoignage d’une candidate à Miss Sénégal 2020, qui a dit avoir été droguée et violée, la présidente du comité avait déclaré qu’«elle l’avait mérité», suscitant un tollé.

Plus de 300 Sénégalaises ont déposé, mercredi, à Dakar, des plaintes contre la présidente du comité d’organisation de Miss Sénégal, qu’elles accusent d'«apologie du viol».Dans des interviews parues dans la presse locale, la semaine dernière, Miss Sénégal 2020, Ndèye Fatima Dione, 20 ans, a dit avoir été droguée et violée dans un hôtel, au cours d’une soirée à laquelle l’avait invitée le comité d’organisation. Elle a affirmé être tombée enceinte et écartée des activités du comité Miss Sénégal. Aujourd’hui, elle est mère d’un bébé de 5 mois dont elle dit ignorer le père, selon la presse.

Le lendemain de cette déclaration de Ndèye Fatima, la présidente du comité d’organisation de Miss Sénégal, Amina Badiane, a déclaré, au cours d’une conférence de presse, qu’«un viol implique deux personnes». «Si on te viole, c’est que tu las cherché. Elle est majeure», a-t-elle déclaré en langue wolof.

«Respecter les droits de la femme»

Ces paroles ont suscité de vives réactions de condamnation de femmes et d’associations de défense des femmes. «Plus de 300 plaintes ont été déposées au moment où on quittait le tribunal, en début d’après-midi. On avait lancé une idée de plainte collective sur les réseaux sociaux et appelé celles qui y adhéraient à remplir le formulaire et à se retrouver au tribunal pour déposer les plaintes», a indiqué, mercredi, Houreye Thiam Preira, membre du Collectif des femmes qui se sont retrouvées spontanément au tribunal pour saisir le procureur. «C’est une façon d’inciter les violeurs à continuer et de mettre les filles en danger.»

En plus de dénoncer l’apologie du viol, les plaignantes réclament le retrait de la licence de l’actuelle organisatrice du concours national de beauté et demandent à l’État de confier son organisation à des «personnes plus respectueuses des droits de la femme», a dit Houreye Thiam Preira.

Loi sévère

Au Sénégal, une loi reconnaissant le viol et la pédophilie comme crimes a été promulguée en janvier 2020. Les auteurs de viol et d’actes pédophiles sont jugés par la chambre criminelle et risquent une peine allant jusqu’à la réclusion à perpétuité.

(AFP)

Votre opinion