22.06.2019 à 09:06

Loud: le rap québécois fait fort

Paléo 6/6

Ce phénomène a déjà collaboré avec Cœur de Pirate et Charlotte Cardin. Il remplit les grandes salles dans la Belle Province et en France et s'apprête à faire bouger le Paléo, le 26 juillet.

par
FDA

Loud envoie du lourd. S'il y a bien un rappeur qui s'apprête à conquérir l'Europe, c'est lui. L'origine de son nom de scène vient Loud Mouth, un pseudonyme qu'il avait choisi alors qu'il n'avait que 14 ans pour entrer dans l'arène des WordUP! Battles, la ligue de battles de rap locale à Montréal.

Les années et les compétitions ont passé et le jeune rappeur s'est imposé avec son groupe Loud Lary Ajust (monté avec deux autres amis de quartier) au Québec. Les textes sont vifs, incisifs et on retrouve souvent des références à la drogue et la débauche. De 2012 à 2016, il monte petit à petit les échelons, puis cinq projets plus tard, ils se séparent. Loud, de son vrai nom Simon Cliche Trudeau, signe alors chez Joy Ride Records. Un moment décisif dans sa carrière.

Il avait déjà fait un peu de buzz avec son morceau «56K», extrait de son premier EP «New Phone». Son clip, tourné en une prise, approche à ce jour les 4 millions de vues sur YouTube. Poursuivant sur sa lancée, il enchaîne avec son premier album: «Une année record» «La hargne de l’adolescence s’essouffle en vieillissant, c’est normal. J’avais aussi envie de proposer, avec cet album, un truc plus intime, plus personnel, plus honnête. Avec un projet solo, on peut vraiment raconter son histoire à soi», a-t-il confié à Konbini.

Avec cette première galette qui mélange rap, trap et même un peu de pop, il traverse les frontières et débarque en Europe. «J'ai vraiment reçu un excellent accueil et, à notre surprise, beaucoup de gens connaissaient les paroles, même des morceaux qui n’étaient pas des singles», dit-il au sujet de ses premières dates en France.

Pourquoi l'Europe tombe petit à petit amoureux de ce Canadien de 31 ans? Peut-être que de marier aussi bien le français que l'anglais dans une chanson n'est pas donné à tout le monde. «En franglais, tu peux faire rimer des mots de manière inédite», explique-t-il. Son accent est aussi un gros plus, on reconnait sa voix rapidement. Même si au début, cela a été un peu dur. «Mon accent, comme tous les accents d’ailleurs, a peut-être été un obstacle pendant longtemps, mais pour moi, c'est surtout une force. C’est quelque chose qui peut me démarquer dans le rap francophone», précise-t-il.

Concernant ses inspirations, elles sont comme sa musique. Très éclectiques! L'artiste a beau rapper majoritairement dans la langue de Molière, sa culture rap s'est forgée autour des grands classiques du rap US que sont les tubes de Biggie, Mob Deep, Jay Z et Nas: «Le premier album rap que j’ai acheté, c'est «Hell on Earth» de Mobb Deep, ce groupe m'a marqué. Et la mort de Prodigy est la première mort de personnalité qui m’a touchée personnellement. En rap français, j’écoutais surtout IAM, la FF à l’époque, beaucoup de rap de Marseille, mais le cœur de mes influences reste à New York.»

Il explique qu'il n'a aucun problème avec des sons qu'il considère comme plus pop. Il cite notamment Kanye West, Drake ou encore Travi$ Scott. «Une bonne chanson pop, c'est aussi difficile à faire qu'un morceau hip-hop dit classique.»

Les chanteurs se l'arrachent

Un style qui a aussi conquis les artistes. Coeur de Pirate lui a demandé d'apparaître dans son dernier album sur le titre «Dans la Nuit». Charlotte Cardin a accepté de chanter «Sometimes, All The Time». Un morceau écouté plus de un million de fois sur Spotify et qui fait partie de son dernier album «Tout ça pour ça», sortie le 24 mai dernier.

En 16 ans, l'adolescent d'un quartier du Montréal en a parcouru du chemin jusqu'à devenir la nouvelle sensation rap du moment. Il était évident pour Paléo de l'inviter, d'autant plus que le village du monde est consacré cette année au Québec. Rendez-vous le 26 juillet prochain pour un des concerts marquants de cette 44e édition.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!