Publié

BresilLourdes peines pour les violeurs d'une Américaine

Trois jeunes impliqués dans le viol d'une étudiante américaine à Rio ont été condamnés à 21 et 49 ans de prison.

En vertu de la loi brésilienne, ils ne purgeront qu'un maximum de 30 ans d'incarcération.

En vertu de la loi brésilienne, ils ne purgeront qu'un maximum de 30 ans d'incarcération.

Keystone

Ce crime qui avait provoqué une vague d'indignation au Brésil. Le conducteur du véhicule, Jonathan de Souza (20 ans), et Walace de Souza Silva (21 ans), ont été condamnés à 49 ans et trois mois de prison ferme pour vol, viol, extorsion et corruption de mineurs. En vertu de la loi brésilienne, ils ne purgeront qu'un maximum de 30 ans d'incarcération.

Un autre accusé, Carlos Armando Costa dos Santos (21 ans), qui ne se trouvait pas en leur compagnie au début de l'agression, a été condamné à 21 ans de prison pour viol et extorsion.

Un adolescent également impliqué dans ces violences sera jugé ultérieurement par un tribunal pour mineurs, a rapporté jeudi le quotidien «O Globo».

Quartier touristique

Le 30 mars, la jeune Américaine de 21 ans et son compagnon français de 23 ans, tous deux étudiants à Rio, avaient embarqué à bord d'un minibus dans le quartier touristique de Copacabana. Le voyage s'était rapidement transformé en cauchemar lorsque le couple a été agressé et séquestré pendant six heures par quatre jeunes hommes qui se relayaient au volant du véhicule.

Le couple avait embarqué dans ce minibus clandestin en direction de Lapa, un quartier de bars et de discothèques du centre-ville. Deux hommes ont soudainement fait descendre les autres passagers, frappé le jeune Français avec une barre de fer, attaché le couple et violé la jeune femme à plusieurs reprises.

Les agresseurs ont par ailleurs utilisé une carte de crédit du couple pour faire le plein d'essence, acheter de la nourriture et retirer de l'argent. Ils avaient été arrêtés plusieurs jours plus tard.

Criminalité élevée

En rendant son jugement, le juge Guilherme Schilling Pollo Duarte a affirmé que la jeune femme «avait été lâchement humiliée et avait été victime d'un acte brutal de ses agresseurs qui avait causé dégoût et indignation, rendant difficile de croire qu'il fut l’œuvre d'êtres humains».

Cette agression avait été accompagnée d'un fort retentissement au Brésil comme à l'étranger. Elle avait écorné l'image de la ville qui doit accueillir en 2014 la Coupe du monde de football, puis en 2016 les Jeux olympiques.

La criminalité a sensiblement diminué à Rio depuis la mise en place d'unités de police spécialisées dans les favelas aux mains de trafiquants de drogue et de milices, mais reste très élevée en comparaison des normes européennes ou américaines.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!