Motocyclisme: Lüthi: deux chutes et des questions
Publié

MotocyclismeLüthi: deux chutes et des questions

Rapide vendredi après-midi aux essais libres du GP du Qatar, le Bernois a connu des soucis en soirée.

Chute sans gravité pour le Bernois.

Chute sans gravité pour le Bernois.

Meilleur temps de la première séance d’essais libres du GP du Qatar Moto2, en début d’après-midi sur le circuit de Losail, Thomas Lüthi (Kalex) a été victime de deux chutes lors de la seconde séance, en soirée. Il s’est relevé les deux fois sans blessure, mais avec des questions: «Je venais de partir avec un pneu neuf et il y a eu un problème, dont je ne peux pas parler. Ensuite, tout s’est précipité, l’équipe a pu réparer, je suis reparti mais, conséquence de la première chute, il y a eu un autre souci technique. Je suis calme, je me sens bien pour cette ouverture du championnat, j’aimerais juste comprendre exactement où s’est situé le problème. Car tomber à deux reprises en si peu de temps, cela ne me ressemble pas», explique Lüthi, onzième sur l’ensemble des deux séances.

Raffin manque de confiance

Des questions, aussi, pour Jesko Raffin (NTS). Le Zurichois est 26e de la hiérarchie, loin de son équipier néerlandais Bo Bendsneyder; Raffin, victime de deux chutes lors des tests de Jerez et d’une troisième la semaine dernière, lors de la répétition générale du championnat, sur ce même circuit de Losail, est toujours en manque de confiance.

Dupasquier: bilan positif

Le Fribourgeois Jason Dupasquier (KTM) a connu une première journée de pilote de GP à deux vitesses: convaincant lors de la première séance d’essais libres Moto3 (24e, à 1’’756), il n’est pas parvenu, en début de soirée, à faire mieux: «Le bilan de la journée est néanmoins positif. Malheureusement, ce soir, nous avons connu un problème avec le système de changement de vitesses; je me suis arrêté rapidement au stand pour voir si on pouvait faire quelque chose et quand je suis reparti, je me suis retrouvé seul en piste. Difficile, dans ces conditions, de «sortir» un chrono», explique le Fribourgeois.

Jean-Claude Schertenleib, Losail

Votre opinion