Publié

MotocyclismeLüthi et Aegerter voient grand

Avec la nouvelle saison de motocyclisme qui commence ce week-end au Qatar, les deux pilotes suisses - désormais coéquipiers - ont de grandes ambitions.

Steffen Schmidt, Keystone

Cinq pilotes suisses seront au départ du GP du Qatar dimanche en Moto2. Deux d'entre eux, en l'occurrence Thomas Lüthi et Dominique Aegerter, nourrissent de grandes ambitions: podiums, victoires voire davantage...

Pour la première fois depuis longtemps, Thomas Lüthi ne sera plus seul dans une équipe. La fusion de son équipe avec la structure dirigée par le Fribourgeois Fred Corminboeuf a donné naissance à une "dream team suisse", à laquelle appartiennent aussi Aegerter et Robin Mulhauser.

Nouveau team, nouvel environnement, nouvelle moto: le changement de la Suter à la Kalex ne s'est pas avéré difficile pour le champion du monde 125 cm3 2005. "J'ai tout de suite eu de bonnes sensations", affirme Lüthi, avant de pondérer en raison du manque de kilomètres qui ont été parcourus durant les tests. "Soit il neigeait, soit il pleuvait! Je crois que j'ai fait plus de km à ski qu'à moto cet hiver", plaisante-t-il. Cela ne l'empêche pas de se montrer ambitieux: "Comme l'an passé, je veux me battre pour gagner, faire des podiums et être dans la course au titre."

Juteux contrats

Dominique Aegerter, qui a fait son entrée l'an passé dans le cercle des vainqueurs de GP avec son succès en Allemagne, espère continuer de progresser. Ses deux dernières bonnes saisons commencent à payer, aussi sur le plan financier. "Sigi a pu négocier de bons contrats", révèle Aegerter, faisant référence à son manager Robert Siegrist.

La cohabitation avec Lüthi, qui lui avait causé quelques craintes quand elle a été annoncée, se passe bien. "C'est vraiment cool entre nous", affirme "Domino", qui avoue avoir été frustré par la météo qui a perturbé les tests prévus en Espagne en février. "Se tourner les pouces dans les stands, c'était vraiment ennuyant", dit celui qui espère se battre à chaque course pour le podium, ou mieux.

Premiers points

Les trois autres Suisses attendent moins de cette saison 2015. Robin Mulhauser doit parvenir à inscrire ses premiers points mondiaux, après une année d'apprentissage. Il espère pouvoir bénéficier des conseils de ses deux coéquipiers. L'ambiance dans l'équipe est au beau fixe. Mulhauser avait effectué sa meilleure course à Valence début novembre, finissant 17e après avoir été longtemps 14e. "Je dois me servir de ce GP pour progresser. Je sais que je dois beaucoup travailler", explique le pilote fribourgeois.

Plus expérimenté, Randy Krummenacher a rejoint un nouveau team (JiR), avec une certaine pression. Le Zurichois devra régulièrement marquer des points en 2015, sous peine de voir son statut de pilote Moto2 remis en question. "Je me suis préparé comme rarement avant une saison, tant physiquement que mentalement", dit-il.

Simulateur génial

Le dernier Helvète est aussi le plus jeune: à 18 ans, Jesko Raffin entame sa première saison au plus haut niveau. Le Zurichois, champion d'Espagne Moto2 l'an passé, est le Suisse qui a de loin le plus roulé cet hiver. Son équipe a en effet loué presque tous les jours le petit circuit de Cartagène. "Je dois y avoir effectué au moins 2000 tours", calcule Raffin.

Comme il ne connaît pas tous les circuits du championnat du monde, son manager Marco Rodrigo a acheté un simulateur spécial, dont il n'existerait que quatre exemplaires, pour que son poulain puisse apprendre à connaître tous les tracés. "C'est génial et cela va sans doute beaucoup m'aider", jubile le jeune pilote.

La lutte pour le titre mondial s'annonce acharnée. Parmi les dix premiers du championnat 2014, seul Maverick Vinales, monté en MotoGP, ne sera plus là. Esteve Rabat (Esp), tenant du titre, fait figure de grand favori. Mais la liste de ses principaux contradicteurs est longue, et on y trouve Lüthi et Aegerter.

(SI)

Votre opinion