Europe de l’Est – L’Ukraine appelle à agir vite pour «retenir» Moscou
Publié

Europe de l’EstL’Ukraine appelle à agir vite pour «retenir» Moscou

Craignant une invasion de la Russie, le chef de la diplomatie ukrainienne en a appelé aux alliés de son pays lundi.

Dmytro Kouleba le 10 novembre 2021 à Washington

Dmytro Kouleba le 10 novembre 2021 à Washington

AFP

L’Ukraine a appelé lundi ses alliés à agir vite pour dissuader la Russie de toute invasion, estimant qu’une offensive de Moscou pourrait être déclenchée «en un clin d’œil», au moment où les mouvements de troupes russes inquiètent l’Occident. «Il vaut mieux agir maintenant, pas plus tard» pour «retenir la Russie», a déclaré le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba, lors d’un point presse en ligne.

Selon Dmytro Kouleba, la Russie a accumulé environ 115’000 troupes autour de l’Ukraine, ainsi qu’en Crimée, péninsule ukrainienne annexée par Moscou en 2014, et dans les territoires sous contrôle séparatiste dans l’est du pays.

«Ce que nous voyons est très sérieux. La Russie a déployé une large force militaire près de la frontière ukrainienne. Cela inclut des chars, des systèmes d’artillerie, des systèmes de guerre électronique, des forces aériennes et navales», a-t-il énuméré. Dans ce contexte, une éventuelle offensive russe peut être lancée «littéralement en un clin d’œil», a estimé le ministre.

En cas d’attaque, l’Ukraine «ripostera», a prévenu Dmytro Kouleba. «Nous sommes déterminés à défendre notre terre. Notre pays est devenu beaucoup plus résistant et notre armée est incomparablement plus forte qu’elle ne l’était en 2014», a-t-il affirmé.

Inquiétude

Ces dernières semaines, les États-Unis, l’Otan et l’Union européenne n’ont cessé d’exprimer leur inquiétude concernant des mouvements de troupes russes autour de l’Ukraine, craignant une éventuelle invasion. La Russie a plusieurs fois nié tout projet en ce sens et accusé l’Ukraine et ses alliés occidentaux de multiplier les «provocations».

L’est de l’Ukraine est en proie depuis 2014 à une guerre entre Kiev et des séparatistes prorusses, qui a éclaté peu après l’annexion de la Crimée par Moscou et fait depuis plus de 13’000 morts. Malgré ses dénégations, la Russie est considérée comme le parrain des séparatistes prorusses et est accusée de leur fournir des hommes et de l’armement.

À Washington, le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a rappelé que les mouvements des troupes russes étaient «une préoccupation constante» et a promis de soutenir les forces ukrainiennes, mais a exclu la possibilité d’une intervention militaire américaine directe. «Nous continuons à voir des mouvements, nous continuons à voir des renforts s’ajouter à leurs forces» près de la frontière ukrainienne, a-t-il déclaré au cours d’un point de presse. «Nous surveillons cela de très près», a ajouté John Kirby, tout en ajoutant: «nous n’envisageons pas d’intervention militaire américaine dans ce conflit».

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire