Brésil: Lula : la destitution de Rousseff est évitable
Publié

BrésilLula : la destitution de Rousseff est évitable

Selon l'ex-président brésilien, le sort de la présidente suspendue dépend désormais du vote de six sénateurs seulement.

1 / 133
La Cour suprême du Brésil s'est prononcée en faveur de la libération de José Dirceu, ex-chef de cabinet de Lula, condamné pour corruption dans le méga-scandale Petrobras. (Mardi 2 mai 2017)

La Cour suprême du Brésil s'est prononcée en faveur de la libération de José Dirceu, ex-chef de cabinet de Lula, condamné pour corruption dans le méga-scandale Petrobras. (Mardi 2 mai 2017)

Keystone
Réforme des retraites, crise économique, éducation, scandale de la viande avariée: les raisons de protester ne manquent pas au Brésil. Le mouvement Vem Pra Rua a appeler dimanche à manifester contre la corruption, à travers tout le pays. (Image d'illustration - 15 mars 2017)

Réforme des retraites, crise économique, éducation, scandale de la viande avariée: les raisons de protester ne manquent pas au Brésil. Le mouvement Vem Pra Rua a appeler dimanche à manifester contre la corruption, à travers tout le pays. (Image d'illustration - 15 mars 2017)

Keystone
A la mi-mars, une enquête policière de deux ans a révélé que des douzaines de collaborateurs des autorités sanitaires ont été corrompus pour certifier que la viande avariée était propre à la consommation. Malgré 30 arrestations et la fermetures de plusieurs usines, le scandale ne fait que s'empiler aux récentes révélation de corruption dans l'affaire Petrobras. (Image - 21 mars 2017)

A la mi-mars, une enquête policière de deux ans a révélé que des douzaines de collaborateurs des autorités sanitaires ont été corrompus pour certifier que la viande avariée était propre à la consommation. Malgré 30 arrestations et la fermetures de plusieurs usines, le scandale ne fait que s'empiler aux récentes révélation de corruption dans l'affaire Petrobras. (Image - 21 mars 2017)

Keystone

«Aujourd'hui, il est plus facile de vaincre l'impeachment qu'avant. Parce qu'avant, la L'ancien président du Brésil Luiz Inacio Lula da Silva estime que les chances d'éviter la destitution de Dilma Rousseff ont augmenté, son sort dépendant désormais du vote de «six sénateurs» seulement, selon lui.

«La Chambre des députés était pratiquement sous emprise (de son président, qui a démissionné jeudi, ndlr), ensuite il y a eu l'ouverture (de la procédure d'impeachment au Sénat) et actuellement Dilma dépend de six voix seulement», a déclaré Lula mardi 12 juillet dans un entretien à la radio Jornal de l'Etat du Pernambouc (nord-est).

Dilma Rousseff, du Parti des Travailleurs (PT, gauche), a été suspendue provisoirement de ses fonctions le 12 mai par le Sénat dans l'attente de son jugement pour maquillage présumé des comptes publics en 2014, année de sa réélection, et début 2015.

Optimiste

Lula, fondateur du PT, président du Brésil de 2003 à 2010 et parrain politique de Dilma Rousseff qui lui a succédé, se dit optimiste quant à l'issue de la procédure en destitution.

Le vote final de la procédure aura lieu entre les 25 et 27 août, peu après la clôture des Jeux Olympiques de Rio (21 août). Au moins 54 voix seront nécessaires (deux tiers des sénateurs) pour écarter définitivement Dilma Rousseff, sinon elle pourra reprendre ses fonctions.

Si en mai une majorité de sénateurs avaient voté en faveur de la destitution de Dilma Rousseff, ses partisans estiment aujourd'hui pouvoir inverser le résultat lors du vote final.

Pour les opposants à Rousseff, les jeux sont faits

Les opposants à la présidente suspendue, regroupés autour du président par intérim Michel Temer, considèrent toutefois que les jeux sont faits et qu'elle sera destituée.

Dilma Rousseff affirme que sa destitution n'a pas de base légale et dit avoir été «trahie» par son vice-président de centre droit Michel Temer, 75 ans, qui a ourdi un «coup d'Etat parlementaire».

Si elle est définitivement écartée du pouvoir, c'est Michel Temer qui la remplacera jusqu'à la fin de son mandat, en 2018.

(AFP)

Votre opinion