Birmanie  - L’un des principaux opérateurs se désengage en raison du coup d’État
Publié

Birmanie L’un des principaux opérateurs se désengage en raison du coup d’État

Jeudi, Telenor, groupe de télécommunications norvégien, a annoncé la vente de sa filiale dans le pays, pour 105 millions de dollars.

Les manifestants font le salut à trois doigts pendant une manifestation contre le coup d’État militaire, le 7 juillet 2021, à Rangoun. «La poursuite de la détérioration de la situation et les récents développements en Birmanie sont à la base de la décision de céder l’entreprise», a déclaré Telenor.

Les manifestants font le salut à trois doigts pendant une manifestation contre le coup d’État militaire, le 7 juillet 2021, à Rangoun. «La poursuite de la détérioration de la situation et les récents développements en Birmanie sont à la base de la décision de céder l’entreprise», a déclaré Telenor.

AFP

Le groupe de télécommunications norvégien Telenor, l’un des principaux opérateurs en Birmanie, a annoncé jeudi la vente, pour 105 millions de dollars, de sa filiale dans ce pays, conséquence du coup d’État militaire. «La situation en Birmanie au cours des derniers mois est devenue de plus en plus difficile pour Telenor pour des raisons de sécurité des personnes, de réglementation et de conformité» aux règles, a énoncé le directeur général, Sigve Brekke. «Nous avons évalué toutes les options et nous pensons qu’une vente de l’entreprise est la meilleure solution possible dans cette situation», a-t-il ajouté dans un communiqué.

L’acquéreur de Telenor Myanmar, très rentable avec environ 18 millions d’abonnés en Birmanie, est la compagnie financière libanaise M1 Group. Cette dernière paiera 105 millions de dollars, dont plus de la moitié (55 millions) étalée sur cinq ans. Cofondé par le milliardaire et ex-Premier ministre libanais Najib Azmi Mikati et son frère, M1 figure sur la liste noire établie par le mouvement Burma Campaign UK, qui recense les entreprises internationales impliquées dans des affaires avec les militaires birmans. Selon un rapport de 2019 du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme, M1 détient des parts dans Irrawaddy Towers Asset Holding, une entreprise qui loue des tours télécoms à MEC, un opérateur de télécommunications détenu par l’armée.

Processus de vente non ordinaire

«Dans la situation actuelle, il n’a pas été possible pour Telenor de mener un processus de vente ordinaire», a précisé l’opérateur norvégien. En mai déjà, Telenor avait totalement déprécié sa filiale birmane, ramenant sa valeur de 6,5 milliards de couronnes (650 millions d’euros) à zéro, du fait de la dégradation de la situation, trois mois après un putsch militaire dans ce pays d’Asie du sud-est. Alors que des rumeurs d’une cession s’étaient propagées dans la presse, la semaine dernière, Telenor avait indiqué, vendredi, «évaluer diverses options».

Arguant de fraudes lors d’élections législatives largement remportées en novembre par son parti, l’armée birmane a évincé la cheffe du gouvernement civil Aung San Suu Kyi le 1er février, lors d’un coup d’État qui a provoqué des manifestations durement réprimées. Le putsch a aussi intensifié les tensions entre militaires et certains des nombreux groupes ethniques qui composent le pays, où les connexions Internet et les flux de données ont par moments été très perturbés pour empêcher la contestation de s’organiser et la population de s’informer. «La poursuite de la détérioration de la situation et les récents développements en Birmanie sont à la base de la décision de céder l’entreprise», a déclaré Telenor. L’opération doit encore être approuvée par les autorités birmanes.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires