Publié

SantéLunettes et implants ont la cote en Suisse

Un nombre croissant de personnes connaît des problèmes de vue, d'audition ou de dentition qui nécessitent une prothèse ou un appareil de correction.

La proportion des personnes portant des lunettes ou des verres de contact s'est accrue en l'espace de vingt ans pour passer de 59 à 64%.

La proportion des personnes portant des lunettes ou des verres de contact s'est accrue en l'espace de vingt ans pour passer de 59 à 64%.

Keystone

Plus d'un adulte suisse sur dix porte un implant dentaire et près des deux tiers doivent recourir à une correction visuelle. Les appareils auditifs sont également en augmentation.

Un nombre croissant de personnes en Suisse connaît des problèmes de vue, d'audition ou de dentition qui nécessitent une prothèse ou un appareil de correction. Ces dépenses pèsent sur les coûts de la santé comme le montre une enquête de l'Office fédéral de la statistique (OFS) réalisée entre 1992 et 2012 mais publiée mardi.

La proportion des personnes portant des lunettes ou des verres de contact s'est accrue en l'espace de vingt ans pour passer de 59 à 64 pourcents. Seule la tranche d'âge des 15-39 ans est concernée par cette augmentation, laquelle comprend un nombre croissant de myopes.

Sans se prononcer sur l'importance de tels facteurs, l'OFS évoque l'hypothèse de problèmes comportementaux. Le rapport pointe en effet les effets négatifs des écrans de télévision, d'ordinateur, de smartphone ou de console de jeux, dont l'usage intensif et dans de mauvaises conditions peut déformer le cristallin.

Moins de dentiers, plus d'implants

La proportion des personnes connaissant des problèmes d'audition a doublé en l'espace de vingt ans. Ce sont principalement les hommes âgés de plus de 75 ans qui contribuent à cette augmentation. En 2012, ils étaient environ 30% à porter un tel appareil.

La tendance à remplacer une ou plusieurs dents manquantes par un implant est également en hausse. En 2012, 11% de la population avait eu recours à un tel moyen, soit trois fois plus que dix ans auparavant. On observe en parallèle que la population est plus réticente à porter des dentiers ou des prothèses partielles.

La santé dentaire s'est en général plutôt améliorée durant les dix dernières années couvertes par l'enquête. Celle-ci relève qu'un nombre toujours croissant de personnes possèdent une dentition complète et saine (33% en 2002 contre 37% en 2012). Une remarque qui vaut surtout pour la population jeune et féminine.

La visite régulière chez un hygiéniste contribue à une bonne santé buccale, relève l'OFS. En 2012, plus de la moitié de la population âgée entre 15 et 65 ans s'était rendue au moins une fois dans un cabinet d'hygiéniste. Alors qu'en 2002, ce chiffre se montait à un tiers seulement. Un peu moins des deux tiers des personnes sondées ont vu un dentiste durant les douze derniers mois.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!