France  – Lutte contre la pollution: exception pour les voitures de collection
Publié

France Lutte contre la pollution: exception pour les voitures de collection

Les 400'000 véhicules de plus de 30 ans enregistrés comme voitures de collection pourront continuer à accéder aux grandes villes françaises, dont Paris.

L’impact des voitures de collection qui ne servent pas au transport quotidien est jugé faible par les autorités (photo d’illustration). 

L’impact des voitures de collection qui ne servent pas au transport quotidien est jugé faible par les autorités (photo d’illustration). 

AFP

Paris, Reims, Rouen, Nice: plusieurs agglomérations ont déjà garanti que les voitures de collection pourront continuer à rouler dans les zones à faibles émissions (ZFE), qui excluront les voitures et motos les plus polluantes, s’est félicitée mardi la Fédération française des véhicules d’époque (FFVE). 

Vignettes

Les véhicules âgés de plus de 30 ans, enregistrés par cette fédération pour obtenir la carte grise collection et ne servant donc pas de transport quotidien, pourront ainsi continuer à circuler toute la semaine dans ces zones qui vont progressivement interdire les vignettes Crit’Air 5, 4 puis 3 (diesel d’avant 2011 et essence d’avant 2006).

L’accès aux 43 grandes agglomérations métropolitaines de France sera ainsi réservé aux Crit’Air 1, 2, vignettes vertes, et aux 400'000 véhicules immatriculés en collection, soit 1% du parc automobile français. Des arrêtés sont également à paraître à Strasbourg, Toulouse, Lyon et pour le Grand Paris, et en consultation à Saint-Étienne et Grenoble, a indiqué la FFVE. 

Faible impact

Les présidents des agglomérations concernées ont été «encouragés» fin janvier par le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari à mettre en place des dérogations locales. «Les collectionneurs font vivre le patrimoine industriel, technique, économique et social que ces véhicules représentent», avait-il souligné. «Leur contribution à la pollution atmosphérique apparaît très limitée dans les agglomérations du fait de leur faible nombre et du kilométrage peu significatif qu’ils parcourent.» Ils sortent en moyenne 14 fois et parcourent 950 km par an, selon une enquête de la FFVE.

Y aura-t-il un effet d’aubaine pour les automobilistes qui voudraient continuer à rouler dans les ZFE avec des véhicules des années 1980 ou 1990? Les critères sont assez restrictifs, selon la FFVE, qui s’attend cependant à une «hausse des demandes» et va «informatiser ses procédures».

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires