Publié

Révision de loiLutte contre les pédophiles: le Conseil des Etats diverge

Selon la Chambre haute, l'initiative de la Marche Blanche, visant à mieux mettre les pédophiles hors d'état de nuire, va dans la bonne direction mais elle est incomplète et imparfaite.

L'initiative populaire de la Marche Blanche a été déposée à la Chancellerie fédérale le 20 avril 2011.

L'initiative populaire de la Marche Blanche a été déposée à la Chancellerie fédérale le 20 avril 2011.

ARCHIVES, Keystone

Le Conseil des Etats veut proposer un contre-projet direct à l'initiative de la Marche Blanche visant à durcir les dispositions de la loi pour mieux mettre les pédophiles hors d'état de nuire. Il a renvoyé le texte en commission à cette fin par 23 voix contre 21. Le National a adopté la semaine passée une révision de loi complétant l'initiative.

«La pédophilie est une infraction ignoble et inacceptable. Sa répression doit donc être considérablement renforcée, mais l'initiative rate sa cible», a défendu Robert Cramer (PES/GE).

Ses propositions sont à la fois trop restrictives, lacunaires et pas assez précises, a relevé Anne Seydoux-Christe (PDC/JU). Un contre-projet direct, qui serait soumis parallèlement au vote du peuple, est donc indispensable afin de pouvoir mener une campagne claire devant la population, ont relevé plusieurs orateurs, tous bords politiques confondus.

L'initiative populaire de la Marche Blanche demande de priver définitivement d'exercer une activité professionnelle ou bénévole avec un enfant ou une personne dépendante quiconque a été condamné pour atteinte à l'intégrité sexuelle d'une personne de cette catégorie.

(ats)

Votre opinion