Publié

InculpationLuxe et montages financiers autour de l'infante Cristina

Le juge qui inculpe ce 7 janvier la fille du roi d'Espagne pour blanchiment et fraude fiscale présumés a été tenace. Il a épluché des centaines de factures et de notes de frais. Extraits.

par
Marion Moussadek
1 / 14
L'infante Cristina a échappé aux poursuites pour trafic d'influence et blanchiment d'argent et n'est accusée «que» de fraude fiscale, contrairement à son mari Iñaki Urdangarin contre lequel le parquet a requis 19 ans d'emprisonnement. Le procès dite de l'affaire Noos se tient à partir du lundi 11 janvier 2016. (samedi 9 janvier 2016)

L'infante Cristina a échappé aux poursuites pour trafic d'influence et blanchiment d'argent et n'est accusée «que» de fraude fiscale, contrairement à son mari Iñaki Urdangarin contre lequel le parquet a requis 19 ans d'emprisonnement. Le procès dite de l'affaire Noos se tient à partir du lundi 11 janvier 2016. (samedi 9 janvier 2016)

AFP
Le procureur chargé de l'affaire Noos a requis 19 ans et demi de réclusion contre le mari de la soeur du roi d'Espagne pour malversation, fraude fiscale, trafic d'influence, escroquerie et blanchiment. (9 décembre 2014)

Le procureur chargé de l'affaire Noos a requis 19 ans et demi de réclusion contre le mari de la soeur du roi d'Espagne pour malversation, fraude fiscale, trafic d'influence, escroquerie et blanchiment. (9 décembre 2014)

AFP
La soeur du roi d'Espagne Felipe VI a déposé un recours mercredi contre le maintien de l'inculpation pour fraude fiscale et blanchiment prononcé le 25 juin à son encontre et qui pourrait la mener jusqu'à un procès. (2 juillet 2014)

La soeur du roi d'Espagne Felipe VI a déposé un recours mercredi contre le maintien de l'inculpation pour fraude fiscale et blanchiment prononcé le 25 juin à son encontre et qui pourrait la mener jusqu'à un procès. (2 juillet 2014)

Keystone

Plus de 5000 euros pour trois nuits à Rome. C'est ce qu'a dépensé en septembre 2008 la société Aizoon du gendre du roi d'Espagne, Iñaki Urdangarin, et de son associé Diego Torres. Autres exemples: deux jours au Mozambique, réservés au nom de «S.A.R Cristina de Borbón» ou encore un transfert de 150'000 euros depuis Aizoon à un compte dont l'infante Cristina est cotitulaire.

Votre opinion