04.12.2017 à 07:46

AthlétismeMa deuxième maison

En Afrique du Sud, j’ai mes habitudes. C’est là que je prépare déjà la prochaine saison.

von
Kariem Hussein
Keystone

Vous connaissez cette sensation? Arriver à un endroit, très loin de la maison, et quand même se sentir à la maison. On est tout de suite à l’aise, pas besoin de la moindre minute d’acclimatation. Tout coule de source, comme à la maison. Potchefstroom, la ville universitaire d’Afrique du Sud, correspond exactement à ce feeling en ce qui me concerne.

Je connais les chemins, les infrastructures d’entraînement, le café où j’ai mes habitudes, l’endroit où je peux faire mes courses… Je séjourne aussi toujours au même endroit. Le Ballie’s Manor est précisément ma deuxième maison. Susan et JJ, les propriétaires, font tout pour qu’elle le reste. Leur accueil chaleureux après le long voyage, ma chambre, la nourriture fantastique et le cadre idyllique – oui, je l’avoue, j’ai mes petites habitudes.

Je me rends à Potchefstroom, une heure et demie au sud-ouest de Johannesburg, pour échapper au à la rigueur de l’hiver helvétique et me préparer de manière optimale en vue de la prochaine saison. Les infrastructures du campus de la North West University sont juste phénoménales.

Il y a une salle de force avec un bain glacé, une piste d’athlétisme en gazon pour préserver les articulations, des terrains de rugby à perte de vue pour les joggings: pas étonnant que je croise ici des athlètes de France, de Pologne, d’Allemagne, de Bahreïn ou encore de République tchèque. Potchefstroom est le centre névralgique de l’athlétisme mondial durant les mois d’hiver.

Je veux et je vais progresser

C’est aussi ici que je vais pour la première fois avoir l’occasion de travailler intensivement avec mon nouveau coach Laurent Meuwly. Je vais remettre l’ouvrage sur le métier, en me lançant de nouveaux défis à l’entraînement, dans le but de casser ma routine pour franchir un cap dans ma carrière.

Car c’est là le but: dans le climat sud-africain, lancer les bases pour la nouvelle saison. Je veux et je vais progresser. Les dispositions sont parfaites aussi parce que l’entourage est à la hauteur de mes ambitions. En ce sens, Susan et JJ sont plus que mes logeurs. Ils sont devenus des personnes de confiance autant qu’ils connaissent mes besoins d’athlète. Ici, rien ne me manque.

En voilà des dispositions idéales pour la saison 2018. C’est avec cet objectif que je travaille, car le succès se construit pendant l’hiver, loin des meetings. J’en profite pour vous envoyer un rayon de soleil réconfortant depuis l’Afrique du Sud et pour d’ores et déjà vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!