Publié

Suisse«Ma fille se réveille en criant «Chips!»

Ce jeune chien a mystérieusement disparu il y a trois semaines. Depuis, Jade et sa maman, désespérées, ne font que le chercher.

par
Pascale Bieri

Mais où a bien pu passer «Chips»? La question vire à l'obsession pour Dominique Babel, son compagnon Gilbert, et leur fille Jade. Le 2 juillet, leur croisé border colley et beagle, qui aura un an le 1er août, a disparu à Malval (GE). Depuis, ils passent tout leur temps à le chercher. «Je ne mange plus, je ne vis plus… Je n'arrive plus à m'occuper de la maison. Je pense à «Chips» tout le temps, c'est horrible, confie la jeune secrétaire médicale. Et ma fille Jade, âgée de 6 ans, se réveille la nuit en hurlant le nom de son chien.»

Pour cette famille, un vrai cauchemar donc, qui s'est joué en quelques minutes. «Je fais partie d'un club d'aéromodélisme, explique Gilbert Klaus. Et, comme d'habitude, j'avais pris «Chips» avec moi. Il ne s'éloigne jamais plus de 200-300 m. A la fin de l'entraînement, vers 18 h 30, je l'ai rappelé. Il était devant la cabane du club. Et deux minutes plus tard, le temps d'entrer et de sortir, il avait disparu.»

Cinq heures de battue

Depuis, plus aucune trace du chien. Et ce n'est pas faute de l'avoir cherché. Et encore cherché. «Nous avons mis des affiches partout, appelé les refuges en Suisse et en France, les gendarmes, les mairies, les gardes-chasse. Fait du porte-à-porte. Mais rien», se désespère Dominique Babel.

Le week-end dernier, une grande battue réunissant une quinzaine de personnes a même été organisée à travers les bois, en dépit de la boue et de l'orage. «Nous avons marché pendant 5 heures en l'appelant. Jade, qui tenait à nous accompagner, avait pris une boîte remplie de croquettes qu'elle secouait pour essayer d'attirer «Chips». Mais, une fois de plus, nous sommes rentrés bredouilles.»

La jeune femme est aussi très active sur les terrains virtuels. «La page Facebook que j'ai créée pour lui a été partagée plusieurs milliers de fois. Je reçois énormément d'appels de personnes qui pensent l'avoir vu. Mais, à chaque fois, ce sont de fausses pistes.» Quant aux messages de soutien, ils affluent de partout: de Suisse, de France, mais aussi des Etats-Unis, d'Indonésie ou de Thaïlande…

«C'est très touchant. Mais notre désespoir reste immense, c'est comme si nos vies s'étaient arrêtées ce 2 juillet, dit encore Dominique Babel.» Car «Chips» vivait en osmose complète avec la famille. «Il n'était jamais seul. La journée, il accompagnait mon mari, qui est en ferblantier, sur les chantiers; on le promenait, il adorait jouer au ballon avec notre fille. Ils avaient une incroyable complicité tous les deux. Avant l'arrivée du chien, c'était une petite qui souffrait de nombreuses peurs, qui avait besoin d'être rassurée. Ça commençait à aller mieux. Et voilà…»

«Chips» était arrivé tout chiot dans la famille. «Nous l'avons adopté dans un refuge français où la portée entière avait été abandonnée. Il venait d'être sevré quand on nous l'a mis dans les bras», se rappelle Dominique. «Notre attachement pour lui peut paraître démesuré. Mais c'est comme ça. Il y a des humains qui se débarrassent de leurs animaux en été. Nous, nous faisons partie de ceux qui les aiment. Je n'ai pas honte de remuer ciel et terre. Il n'y a rien de pire que de ne pas savoir…»

Comme volatilisé

Quant à «Chips», lui aussi, il aime les humains. «Il est très sociable et adore aller dire bonjour aux gens. Il est également très intelligent et comprend tout très vite», assure Gilbert Klaus. En revanche, le jeune animal n'est pas de tempérament fugueur. Alors, que lui est-il arrivé? A-t-il été volé, a-t-il suivi une chienne en chaleur, a-t-il eu un accident? Mystère. «C'est comme s'il s'était volatilisé.» En attendant, Jade prie inlassablement tous les soirs pour retrouver son ami à quatre pattes.

Ton opinion