Berlin – Måneskin: «Nous sommes beaux, Italiens, talentueux… et très humbles»
Publié

BerlinMåneskin: «Nous sommes beaux, Italiens, talentueux… et très humbles»

Lematin.ch a participé à la présentation du single «Mammamia» du phénomène transalpin. Le groupe en a profité pour revenir avec humour sur son succès depuis sa victoire à l’Eurovision.

par
Fabio Dell'Anna
1 / 4
Le groupe Måneskin, de g. à dr.: Thomas Raggi, Victoria de Angelis, Damiano David et Ethan Torchio.

Le groupe Måneskin, de g. à dr.: Thomas Raggi, Victoria de Angelis, Damiano David et Ethan Torchio.

Anton Novoderezhkin/TASS
Le groupe italien s’est formé à Rome en 2016.

Le groupe italien s’est formé à Rome en 2016.

AFP
Ils ont gagné l’Eurovision le 22 mai 2021 avec la chanson «Zitti e buoni»

Ils ont gagné l’Eurovision le 22 mai 2021 avec la chanson «Zitti e buoni»

AFP

Måneskin fait une nouvelle fois parler de lui. Le quatuor italien débarque ce vendredi 8 octobre avec un nouveau single intitulé «Mammamia», où Damiano David chante: «J’ai juste envie de m’amuser. Je jure, je ne suis pas bourré et je ne prends pas de drogue.» Un clin d’œil aux accusations dont le leader du groupe a été victime (et qui se sont révélées fausses) quand il a été soupçonné d’avoir pris de la drogue en direct de la finale de l’Eurovision. Les gagnants du concours européen surfent sur le succès depuis cette victoire et multiplient les tubes, comme «Zitti e buoni», «I Wanna Be Your Slave» ou encore leur reprise de «Beggin». Nul doute que «Mammamia» va connaître le même sort.

Damiano David, Victoria de Angelis, Thomas Raggi et Ethan Torchio étaient à Berlin ce jeudi 7 octobre pour la présentation de ce titre et un showcase au club SO36.

Ce lieu mythique est connu depuis des décennies pour mettre en avant les groupes punk-rock. Quel effet cela vous fait d’être ici?

Damiano David: C’est un honneur. Iggy Pop ou encore David Bowie ont joué dans la même salle. Nous avons de la peine à y croire.

Quand avez-vous écrit «Mammamia»?

Damiano David: Nous avons composé cette chanson immédiatement après l’Eurovision. Nous n’avions que peu de jours en studio, mais heureusement ce morceau est né en quelques heures. C’est aussi l’une des raisons qui nous a confortés dans ce choix de single. Comme nous étions satisfaits tôt par le titre, nous savions que nous avions forcément un tube. Nous avons été très inspirés pendant cette période.

Victoria De Angelis: Nous nous sommes beaucoup amusés pendant la composition. C’est une chanson un peu stupide et insouciante. Nous n’avons jamais proposé quelque chose dans ce genre. Au final, nous voulons juste nous amuser et nous sommes très contents du résultat.

Quelle a été votre inspiration concernant le sujet du morceau?

Damiano David: Après l’Eurovision, nous avons eu énormément d’attention. Nous avons donné une performance qui nous semblait bonne, mais les gens nous ont énormément critiqués. Je voulais faire comprendre à travers les paroles que, malgré un excellent boulot, il y aura toujours quelqu’un pour en dire du mal. J’avais envie de rire de ces situations. Dans le refrain, je parle un peu plus de nos vies sexuelles tout en gardant la même thématique. C’est-à-dire qu’il y aura toujours quelqu’un pour juger nos préférences sexuelles.

Plus vous devenez connus et plus vous êtes incompris?

Victoria De Angelis: Oui. Nous continuons tout de même à faire ce que l’on aime, car nous savons que nous ne pourrons jamais satisfaire tout le monde.

D’ailleurs, vous écrivez et produisez la totalité de vos chansons. Vous ne travaillez avec personne?

Victoria De Angelis: Exactement. Nous essayons toujours de mélanger nos quatre influences. C’est important que l’on participe tous au processus créatif si nous voulons être sûrs et certains de passer un message qui nous correspond. Nous avons travaillé de cette manière depuis le début. Nous sommes jeunes et avons tellement de choses à partager. Ce n’est pas en demandant à d’autres personnes de nous aider que nous arriverons au même résultat.

Damiano David: Sans oublier que je suis une diva. Je ne laisserai jamais personne écrire une chanson à ma place! (Rires.)

Le rock n’était pas un style très populaire lors de cette dernière décennie, mais grâce à des artistes comme vous, cela revient sur le devant de la scène. Qu’en pensez-vous?

Victoria De Angelis: Totalement. Il n’y a qu’à voir les classements en ce moment. Ce genre revient en force et les musiciens peuvent finalement faire confiance à leur créativité et non plus besoin d’écouter leur label. Ils doivent avoir la possibilité d’être libres et de faire ce qu’ils aiment.

Vos fans vous sont très dévoués. Ils sont réputés pour vous défendre bec et ongles.

Damiano David: Car nous sommes beaux, Italiens, talentueux… et très humbles. (Rires. ) Pour être honnête, je pense que c’est grâce à notre authenticité. Nous sommes bons dans ce que nous faisons et ne faisons pas semblant. Vous ne nous verrez jamais faire quelque chose qui nous met pas à l’aise. Nous nous amusons et ça se voit. Notre amitié est réelle et nous avons un bel équilibre entre nous.

Quelle est la chose la plus folle qu’un fan vous ait demandé de faire?

Damiano David: Nous étions en Suède et une vingtaine de personnes attendaient en bas de notre hôtel. Un couple est venu vers nous avec une valise. Elle contenait une machine à tatouage et la fille m’a dit: «J’aimerais que tu me tatoues.» Je n’avais jamais fait ça auparavant et je lui ai dit que ça allait dangereux, car elle aurait certainement une infection. Je ne voulais pas être responsable, alors j’ai refusé.

Vous n’avez jamais tatoué personne d’autre?

Damiano David: Si! Car, après cet épisode, j’ai acheté ma propre machine. (Rires.) Et je viens de me tatouer moi-même «Mammamia» sur le ventre.

Pensez-vous que vous pourriez facilement attraper la grosse tête?

Victoria De Angelis: Je ne pense pas. Nous pourrons toujours compter l’un sur l’autre pour gérer la pression. Nous sommes également bien entourés et je sais que nos amis ou notre équipe ne perdront pas une occasion de nous remettre les pieds sur Terre.

Vous avez annoncé une tournée en Europe l’année prochaine et vous serez en Suisse, à Zurich le 24 février. Avez-vous hâte?

Victoria De Angelis: Beaucoup! La tournée a été complète en deux heures, c’est incroyable. Je me souviens que l’on prenait les paris pour savoir en combien de temps nous aurions vendu tous les billets. J’avais prédit une semaine, sans vraiment y croire. Quand nous avons reçu le message, nous étions sous le choc. Nous avons vraiment hâte de venir vous voir!

Votre opinion