«Madame X Tour»: Madonna touchée par le Covid-19 à Paris
Publié

«Madame X Tour»Madonna touchée par le Covid-19 à Paris

A la fin de sa tournée mondiale à Paris, la star est tombée malade. Elle a été testée positive au coronavirus ainsi qu'une partie de sa troupe.

Madonna: «Quand vous êtes testés positifs aux anticorps, cela veut dire que vous AVIEZ le virus.»

Madonna: «Quand vous êtes testés positifs aux anticorps, cela veut dire que vous AVIEZ le virus.»

Keystone

Madonna se souviendra de sa fin de tournée à Paris: la star affirme avoir été testée positive au Covid-19 après avoir été malade «il y a sept semaines» en France, comme une partie de sa troupe. Mais tout cela n'est plus qu'un mauvais souvenir.

«Quand vous êtes testés positifs aux anticorps, cela veut dire que vous AVIEZ le virus, ce qui a clairement été mon cas puisque j'ai été malade à la fin de ma tournée à Paris il y a sept semaines, comme plusieurs autres artistes de mon show», a posté sur ses réseaux sociaux dans la nuit de mercredi à jeudi l'interprète de «La Isla Bonita».

«Mais à l'époque, nous pensions tous que nous avions une très mauvaise grippe. Dieu merci nous sommes tous en forme et en bonne santé maintenant», révèle encore la star âgée de 61 ans. Tous ces détails n'avaient pas été révélés quand la tournée mondiale de Madonna s'était achevée le 9 mars avant les deux dernières dates prévues dans la capitale française.

«Blessures permanentes»

Le «Madame X Tour», entamé à New York en septembre, était passé auparavant par Chicago, San Francisco, Las Vegas, Los Angeles, Boston, Philadelphie, Miami, Lisbonne et Londres. L'escale parisienne fut épique entre retard de 3h30 (début du show à minuit) pour la première soirée parisienne dans la nuit du 22 au 23 février, puis une représentation annulée le 1er mars en raison de «blessures permanentes» de la chanteuse, selon le Grand Rex, la salle qui l'accueillait.

Danseuse, prisonnière, mère, chanteuse, sainte, prostituée, espionne, militante...: Madonna était tout cela à la fois et bien plus encore dans ce spectacle le plus intimiste, engagé et probablement ambitieux de sa carrière. Jean Paul Gaultier, son couturier fétiche qui signait à nouveau pour elle une garde-robe toujours aussi provocante, était au premier rang, le premier soir à Paris.

(ats)

Votre opinion