Catalogne: Madrid barre la route à une réélection de Puigdemont

Publié

CatalogneMadrid barre la route à une réélection de Puigdemont

Le gouvernement a forcé les séparatistes à présenter un nouveau candidat s'ils veulent enfin former un gouvernement.

1 / 148
Six des neuf dirigeants indépendantistes catalans emprisonnés pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne vont être transférés dans des prisons de la région. (Image prétexte) (Lundi 2 juillet 2018)

Six des neuf dirigeants indépendantistes catalans emprisonnés pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne vont être transférés dans des prisons de la région. (Image prétexte) (Lundi 2 juillet 2018)

AFP
L'indépendantiste Quim Torra a finalement renoncé à nommer quatre «ministres» emprisonnées ou exilés depuis la tentative de sécession de la Catalogne. (Mardi 29 mai 2018)

L'indépendantiste Quim Torra a finalement renoncé à nommer quatre «ministres» emprisonnées ou exilés depuis la tentative de sécession de la Catalogne. (Mardi 29 mai 2018)

AFP
Carles Puigdemont a annoncé d'Allemagne jeudi qu'il renonçait à redevenir le président de la Catalogne et a désigné un nouveau venu en politique, Quim Torra, candidat à sa succession. (Jeudi 10 mai 2018)

Carles Puigdemont a annoncé d'Allemagne jeudi qu'il renonçait à redevenir le président de la Catalogne et a désigné un nouveau venu en politique, Quim Torra, candidat à sa succession. (Jeudi 10 mai 2018)

AFP

Le gouvernement espagnol est intervenu mercredi pour barrer la route à une réélection de l'ex-président indépendantiste de Catalogne Carles Puigdemont à la tête de l'exécutif régional, forçant les séparatistes à présenter un nouveau candidat s'ils veulent enfin former un gouvernement.

Le Conseil des ministres a décidé de saisir la Cour constitutionnelle pour qu'elle annule une loi votée la semaine dernière au Parlement catalan qui permettrait d'investir en son absence l'ex-président, qui attend en Allemagne une éventuelle extradition vers l'Espagne qui veut le juger pour «rébellion».

«Aucun candidat à la présidence de le Generalitat ne peut être investi sans être présent au Parlement de Catalogne», a-t-il expliqué.

La date-butoir du 22 mai

Dès lors que la Cour constitutionnelle, qui avait déjà interdit une investiture en l'absence du candidat, acceptera d'examiner le recours, le texte sera suspendu, a rappelé le porte-parole.

Les indépendantistes ont remporté les élections régionales en décembre mais s'ils n'élisent pas un nouveau président d'ici le 22 mai, les Catalans seront automatiquement rappelés aux urnes.

Les partisans de Carles Puigdemont avaient annoncé samedi leur intention de tenter une dernière fois d'investir l'ex-président, après une première tentative fin janvier, bloquée par la justice.

Mais ils ont reconnu que s'ils n'y parvenaient pas, ils présenteraient une candidature alternative pour débloquer la situation, près de huit mois après la mise sous tutelle de la Catalogne par le gouvernement central.

Madrid ne lâche rien

Le chef du gouvernement Mariano Rajoy avait annoncé dans la matinée ce recours contre la loi votée vendredi par les indépendantistes malgré l'avis défavorable des juristes du Parlement régional. Nous allons contester une décision qui permet qu'un fugitif, vivant à l'étranger, puisse être investi (...) C'est absurde», avait-il déclaré.

Les indépendantistes catalans n'ont jusqu'ici proposé à la présidence de la région que des candidats dont la justice a bloqué l'investiture. Leurs adversaires les accusent de présenter délibérément des candidatures inéligibles pour «jouer les victimes».

«Ce n'est de la faute ni de l'Etat, ni du gouvernement, ni des juges, ni de cette chambre, si vous êtes incapables de former un gouvernement», a lancé Mariano Rajoy à un élu indépendantiste au Sénat.

Pour les séparatistes, les poursuites pour rébellion de la Cour suprême, passibles de 30 ans de prison, sont injustifiées et les neuf indépendantistes en détention provisoire sont des «prisonniers politiques».

Des indépendantistes poursuivis pour «rébellion»

Outre M. Puigdemont, qui s'était réfugié en Belgique après la tentative de sécession, ils ont proposé Jordi Sanchez et Jordi Turull, incarcérés. La justice a refusé de les laisser sortir de prison pour se présenter à un débat d'investiture.

Tous sont poursuivis pour «rébellion» pour leur rôle dans la tentative de sécession du 27 octobre.

Le gouvernement central avait placé dans la foulée la Catalogne sous administration directe, destitué M. Puigdemont et son gouvernement et convoqué des élections anticipées en décembre.

Carles Puigdemont, qui avait mené campagne pour la «restitution du gouvernement légitime» de la Catalogne, avait remporté une victoire surprise et les indépendantistes avaient conservé leur majorité absolue au Parlement catalan.

Les indépendantistes n'ont pour l'heure pas dévoilé l'identité du candidat alternatif qui permettrait de débloquer la situation.

(AFP)

Ton opinion