Espagne: Madrid «se place hors de l'Etat de droit»
Publié

EspagneMadrid «se place hors de l'Etat de droit»

Le président de l'exécutif catalan, Carles Puigdemont, a demandé samedi soir une réunion du parlement pour répondre au gouvernement.

1 / 148
Six des neuf dirigeants indépendantistes catalans emprisonnés pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne vont être transférés dans des prisons de la région. (Image prétexte) (Lundi 2 juillet 2018)

Six des neuf dirigeants indépendantistes catalans emprisonnés pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne vont être transférés dans des prisons de la région. (Image prétexte) (Lundi 2 juillet 2018)

AFP
L'indépendantiste Quim Torra a finalement renoncé à nommer quatre «ministres» emprisonnées ou exilés depuis la tentative de sécession de la Catalogne. (Mardi 29 mai 2018)

L'indépendantiste Quim Torra a finalement renoncé à nommer quatre «ministres» emprisonnées ou exilés depuis la tentative de sécession de la Catalogne. (Mardi 29 mai 2018)

AFP
Carles Puigdemont a annoncé d'Allemagne jeudi qu'il renonçait à redevenir le président de la Catalogne et a désigné un nouveau venu en politique, Quim Torra, candidat à sa succession. (Jeudi 10 mai 2018)

Carles Puigdemont a annoncé d'Allemagne jeudi qu'il renonçait à redevenir le président de la Catalogne et a désigné un nouveau venu en politique, Quim Torra, candidat à sa succession. (Jeudi 10 mai 2018)

AFP

Carles Puigdemont demande une réunion du parlement catalan pour répondre à Madrid. Le président de l'exécutif catalan a qualifié les mesures prises par le gouvernement espagnol d'«illégales» et «inacceptables».

Pour Carles Puigdemont, Madrid «se place hors de l'Etat de droit». La décision de Mariano Rajoy, président du gouvernement, qui a annoncé un peu plus tôt la dissolution du gouvernement régional et la mise sous tutelle du Parlement de Catalogne, sont «les pires atteintes contre les institutions et le peuple de Catalogne depuis la dictature militaire de Francisco Franco», s'est-il indigné.

«Je demande au Parlement de se réunir en séance plénière afin que les représentants de la souveraineté des citoyens puissent décider de la réponse à apporter à cette tentative de liquidation de notre gouvernement et de notre démocratie, et agir en conséquence», a ajouté Carles Puigdemont.

(ats)

Votre opinion