Venezuela: Maduro vient parler droits de l'Homme

Publié

VenezuelaMaduro vient parler droits de l'Homme

Le président vénézuélien sera à Genève le 11 septembre pour l'ouverture de la 36e session du Conseil des droits de l'Homme. Caracas fait partie du Conseil jusqu'en 2018.

1 / 150
LEs services de renseignements vénézuéliens ont mené une perquisition dans les bureaux du chef de l'opposition Juan Guaido, actuellement en Europe. (Mardi 21 janvier 2020)

LEs services de renseignements vénézuéliens ont mené une perquisition dans les bureaux du chef de l'opposition Juan Guaido, actuellement en Europe. (Mardi 21 janvier 2020)

AFP
Le secrétaire d'État américain a appelé à en «finir avec la tyrannie» de celui qu'il ne considère plus comme le président du Venezuela. (Lundi 20 janvier 2020)

Le secrétaire d'État américain a appelé à en «finir avec la tyrannie» de celui qu'il ne considère plus comme le président du Venezuela. (Lundi 20 janvier 2020)

AFP
L'opposant Juan Guaido s'est rendu dimanche en Colombie pour rencontrer le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. (19 janvier 2020)

L'opposant Juan Guaido s'est rendu dimanche en Colombie pour rencontrer le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo. (19 janvier 2020)

AFP

Le Venezuela traverse actuellement une grave crise économique, politique et institutionnelle.

Nicolas Maduro s'adressera devant les représentants des 47 Etats membres du Conseil, comme il l'a déjà fait en novembre 2015, a annoncé lundi un porte-parole de cette instance, Rolando Gomez. Le chef de l'Etat vénézuélien avait alors dénoncé le «harcèlement permanent» dont son pays était selon lui la victime, exigeant «le plus grand respect».

Ce n'est pas la première fois que le plus haut dirigeant d'un pays s'adresse au Conseil des droits de l'Homme. C'est en revanche la première fois que Nicolas Maduro se rend en Europe depuis que le Venezuela est en crise.

Ce pays est en proie depuis avril à des manifestations contre le régime de Nicolas Maduro qui ont fait 125 morts. Plus de 5000 personnes ont en outre été arrêtées, selon l'ONG Forum pénal.

Ce vaste mouvement de protestation s'est tari avec l'installation de l'Assemblée constituante, considérée comme illégitime par l'opposition, qui, accuse cette dernière, a pour seul objectif de maintenir Nicolas Maduro au pouvoir.

(ats)

Ton opinion