10.11.2016 à 17:07

PalestineMahmoud Abbas dit savoir qui a «tué» Arafat

Sans vouloir donner de nom, le président palestinien affirme savoir qui est responsable du décès de Yasser Arafat en 2004.

1 / 37
Le président Mahmoud Abbas a déclaré savoir qui avait «tué» son prédécesseur. Il a refusé de donner son nom. (Jeudi 10 novembre 2016)

Le président Mahmoud Abbas a déclaré savoir qui avait «tué» son prédécesseur. Il a refusé de donner son nom. (Jeudi 10 novembre 2016)

AFP
La justice française a confirmé vendredi le non-lieu prononcé par les magistrats chargés de l'enquête pour «assassinat» ouverte après la mort en 2004 de Yasser Arafat. (Vendredi 24 juin 2016)

La justice française a confirmé vendredi le non-lieu prononcé par les magistrats chargés de l'enquête pour «assassinat» ouverte après la mort en 2004 de Yasser Arafat. (Vendredi 24 juin 2016)

AFP
La cour d'appel de Versailles a prorogé sa décision «au 24 juin ou au 8 juillet». (Vendredi 17 juin 2016)

La cour d'appel de Versailles a prorogé sa décision «au 24 juin ou au 8 juillet». (Vendredi 17 juin 2016)

AFP

Le président Mahmoud Abbas a déclaré jeudi qu'il savait qui avait «tué» son prédécesseur et leader historique des Palestiniens Yasser Arafat, sans préciser le nom de l'auteur du meurtre présumé.

«Vous me demandez qui l'a tué, je sais - mais mon seul témoignage ne suffit pas», a ainsi affirmé M. Abbas en prenant la parole devant des milliers de personnes rassemblées à Ramallah, en Cisjordanie occupée, pour marquer le 12e anniversaire de la mort d'Arafat.

«Une commission d'enquête est en train d'approfondir les choses, mais vous serez informés à la première occasion et serez surpris quand vous saurez qui l'a fait», a-t-il dit. «Je ne veux pas citer de noms parce que ces noms ne méritent pas d'être rappelés,» a-t-il ajouté.

Mort à Paris

Arafat est décédé à l'âge de 75 ans le 11 novembre 2004 dans un hôpital près de Paris, après une brusque détérioration de son état de santé, et les causes de sa mort n'ont jamais été élucidées. Nombre de Palestiniens accusent Israël, qui a toujours nié, d'avoir empoisonné Yasser Arafat.

Dans le même temps, Mahmoud Abbas et son rival de longue date Mohammed Dahlane, s'étaient mutuellement accusés d'être derrière sa mort.

Les déclarations de M. Abbas surviennent alors que son parti, le Fatah, secoué par des divisions internes, doit tenir le 29 novembre son premier congrès depuis 2009.

Pour certains analystes, le président palestinien veut saisir l'occasion pour écarter ses rivaux, alors que sa succession est au coeur des discussions.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!