Neuchâtel: Maire-Hefti et Karakash ne se représentent pas au Conseil d’État

Publié

NeuchâtelMaire-Hefti et Karakash ne se représentent pas au Conseil d’État

L’an prochain, deux des trois conseillers d’État socialistes ne seront pas dans la course lors des élections cantonales neuchâteloises.

Deux des trois ministres socialistes neuchâtelois ne se représenteront pas aux élections cantonales l’année prochaine. 

Deux des trois ministres socialistes neuchâtelois ne se représenteront pas aux élections cantonales l’année prochaine.

Photo d’archives/Keystone

Les conseillers d’État socialistes neuchâtelois Jean-Nat Karakash et Monika Maire-Hefti ne se représenteront pas pour un nouveau mandat lors des élections cantonales de 2021. En revanche, le ministre socialiste des finances et de la santé Laurent Kurth est candidat.

Les trois conseillers d’État neuchâtelois ont fait part mercredi de leurs intentions dans une lettre adressée au comité cantonal du Parti socialiste (PSN). Monika Maire-Hefti et Jean-Nat Karakash ne souhaitent pas se représenter afin de permettre à d’autres «énergies de reprendre le flambeau aux côtés» de Laurent Kurth.

«Après avoir mûri et échangé nos réflexions respectives, nous sommes tous trois d’avis que le temps est venu d’apporter un certain renouvellement au sein du Conseil d’État, tout en assurant la continuité dans la conduite de l’État et la gestion de la crise», écrivent les trois conseillers d’État dans leur lettre au PSN.

«D’importantes réformes»

Cette clarification de leurs positions doit permettre au parti de travailler dès maintenant à la «création d’une alliance forte». Une telle alliance doit être susceptible d’assurer au canton la majorité «de gauche plurielle dont il aura plus que jamais besoin pour se relever de la crise actuelle, de retrouver de nouvelles perspectives et ne laisser personne au bord du chemin».

C’est en 2013 que les citoyens choisissaient d’élire un gouvernement à majorité socialiste. Monika Maire-Hefti, Laurent Kurth et Jean-Nat Karakash étaient réélus en 2017. «Ce qui nous a permis d’achever avec succès d’importantes réformes qui ont permis de rétablir la crédibilité de l’État, de redresser la situation du canton et de mener à bien des projets pour l’ensemble de la population», soulignent les trois élus.

(ATS/NXP)

Ton opinion

10 commentaires