Langue – Mais pourquoi diable prononce-t-on «omicrone»?
Publié

LangueMais pourquoi diable prononce-t-on «omicrone»?

Certains hurlent à l’anglicisme car la majorité ne dit pas Omicron avec un «on» comme dans micron. Ils ont tort.

par
R.M.
Comme les précédents variants, Omicron tient son nom de l’alphabet grec.

Comme les précédents variants, Omicron tient son nom de l’alphabet grec.

iStock

Depuis que le variant Omicron est apparu et s’est imposé, la majorité de la population francophone, en Suisse comme en France, semble le prononcer «omicrone». Mais d’autres ont opté pour une prononciation à la française: «omicron» avec un «on» comme dans micron ou Macron. L’actualité nous l’a rappelé mercredi de manière amusante avec la conférence de presse du Conseil fédéral. On a entendu notre ministre de la santé Alain Berset parler d’«omicrone». Puis juste après la cheffe de section à l’Office fédéral de la santé publique Virginie Masserey dire «omicron».

La question n’est pas si anodine. France Inter a en effet rapporté avoir reçu de nombreux messages de ses auditeurs qui pestaient violemment contre «l’anglicisme» que représenterait «omicrone» et la langue de Molière qu’on assassine.

«Un problème de grec»

Alors? Le Larousse, le Robert et l’Académie française sont unanimes: il faudrait dire krɔn, donc «omicrone». Mais attention, ce n’est pas un anglicisme, c’est une question de grec ancien.

Enseignante-chercheuse en grec ancien à l’Université de Tours, Diane Cuny a affirmé dans «Libération» qu’il faut choisir «omicrone». «Ce n’est pas tant un problème de grec qu’un problème de français. En français, quand on a «on», on fait une nasalisation mais c’est très rare. Dans la plupart des langues quand il y a «on», on dit «one».» On ne sait pas comment les Grecs le prononçaient, mais on considère qu’ils faisaient comme font les autres et pas comme en français», a-t-elle argumenté. Donc «omicrone», tout comme on prononce une autre lettre grecque, epsilon, «epsilone».

Rien n’interdit cependant à ceux qui le souhaitent de choisir d’appliquer à la lettre les règles du français et de prononcer Omicron comme micron. Ceux-là choisiront «de se réclamer d’un purisme vintage en le prononçant à la française», glisse «Libération»

Votre opinion