Irlande du Nord: Maisons pour mères célibataires: de l’horreur à la quête de vérité
Publié

Irlande du NordMaisons pour mères célibataires: de l’horreur à la quête de vérité

«Beaucoup de questions sans réponses demeurent» autour des structures d’accueil des mères non-mariées, tenues par l’Etat et l’Eglise catholique entre 1922 et 1998. L’Irlande du Nord a ouvert une enquête.

Les mères non-mariées, parfois victime de viol, d’inceste, accouchaient dans  des établissements tenus par l’Etat et l’Eglise catholique, avant d’être fréquemment séparées de leur enfant, ensuite adopté.

Les mères non-mariées, parfois victime de viol, d’inceste, accouchaient dans des établissements tenus par l’Etat et l’Eglise catholique, avant d’être fréquemment séparées de leur enfant, ensuite adopté.

AFP

La province britannique d’Irlande du Nord va lancer à son tour une enquête sur les anciennes maisons pour mères célibataires, pour lesquelles la République d’Irlande a formulé récemment des excuses publiques, a annoncé mardi le gouvernement local.

Le Premier ministre irlandais Micheal Martin a présenté il y a deux semaines les excuses officielles de l’Etat dans ce scandale, après la publication d’une enquête selon laquelle 9000 enfants jugés illégitimes sont morts dans ces établissements tenus par l’Etat et l’Eglise catholique entre 1922 et 1998.

Les mères non-mariées, parfois victime de viol, d’inceste, accouchaient dans ces établissements, avant d’être fréquemment séparées de leur enfant, ensuite adopté.

Côté nord-irlandais, ces structures ont vu passer 10’500 femmes dans huit établissements entre 1922 et 1990, selon des recherches effectuées à la demande du gouvernement nord-irlandais.

«Vous ne serez plus réduits au silence»

«Beaucoup de questions sans réponses demeurent, nous voulons travailler avec les victimes pour nous assurer qu’elles bénéficient du soutien opportun», a déclaré la Première ministre nord-irlandaise Arlene Foster.

«Aujourd’hui, nous nous engageons auprès des survivants, vous ne serez plus réduits au silence», a-t-elle déclaré.

Les femmes accueillies dans ces institutions en Irlande du Nord, stigmatisées pour leur grossesse hors mariage, donnaient naissance «dans des conditions froides et punitives», selon la présentation des recherches.

«Des questions au sujet de l’adoption et des taux de mortalité infantile restent sans réponses et nécessitent un examen approfondi», a ajouté le gouvernement dans un communiqué.

(AFP)

Votre opinion

7 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Michel Gasser

27.01.2021, 10:29

Une immense tragédie irlandaise. Même si pas forcément de lien direct, je ne peux m'empêcher de penser au chant gaélique de Karen Matheson, intitulé "Crucàn Na bPàiste", qui signifie "le lieu où les enfants sont enterrés" (burial place of the children). Visible sur Youtube.

Triste

26.01.2021, 19:34

Accouchaient pas si sûr ! Certains lieux de ce genre que l église cache contiennent des milliers ossements

Réalité

26.01.2021, 19:27

Par respect pour les enfants qui sont morts . Avortement forcé une pensée pour vous merci de pas noter c’est trop dur