Suisse - Grâce à la pandémie, les produits laitiers se portent bien
Publié

SuisseGrâce à la pandémie, les produits laitiers se portent bien

Lait, fromage, yogourt ou séré: la demande de presque tous ces produits a augmenté l’an passé. Télétravail et fermeture des restaurants en sont notamment la cause.

La pandémie a eu une influence positive sur la consommation des produits laitiers, en 2020.

La pandémie a eu une influence positive sur la consommation des produits laitiers, en 2020.

Agir

L’année 2020 devrait être une année hors normes pour les produits laitiers, selon un communiqué de l’Agence d’information agricole romande (Agir). Lait, fromage, yogourt ou séré: la demande de presque tous ces produits a augmenté l’an passé. Télétravail et fermeture des restaurants ont conduit les gens à cuisiner davantage. En outre, la fermeture des frontières a limité le tourisme d’achat. Toutes ces mesures de lutte contre la pandémie ont eu une influence positive sur la vente des produits laitiers suisses.

Avec une augmentation de 15 % par rapport à 2019, les ventes de beurre ont atteint un record. Alors qu’en janvier 2020, la consommation de lait frais accusait un recul de 1 %, deux mois plus tard, pendant le premier semi-confinement, elle enregistrait une augmentation de 24 % par rapport à mars 2019. La demande de yogourt et de séré s’est aussi envolée pendant le premier semi-confinement, avec une augmentation de 23 % en avril 2020.

Le bio a connu un boom

La popularité du lait et des produits laitiers bio a connu un boom. De plus, les ventes de fromage suisse ont poursuivi leur ascension en 2020. Les ventes de fromage frais affichent aussi une hausse de 17%. En revanche, la pandémie a provoqué un recul des importations de boissons lactées, de séré et de yogourt.

La branche reste toutefois prudente. «Les ventes de 2021 sont nettement supérieures à celles de 2019 dans tous les segments. Or, si l’on compare l’année en cours avec 2020, on constate que les ventes ont baissé pour la majorité des groupes de produits. Les mois à venir, avec les prochaines étapes de la réouverture, nous dirons si une partie des consommateurs continuera à moins acheter à l’étranger et à tenir compte de la provenance suisse ou si les vieilles habitudes reprendront le dessus», explique Reto Grolimund, responsable Études de marché chez Swissmilk.

(comm/cbx)

Votre opinion

1 commentaire