Marché immobilier: Malgré le Covid-19, la vie citadine a toujours la cote
Publié

Marché immobilierMalgré le Covid-19, la vie citadine a toujours la cote

Les logements urbains sont toujours très prisés et le télétravail semble avoir peu d’impact sur la recherche de bureaux en ville. Une chance pour l’économie, selon un spécialiste.

La pandémie et le télétravail n’ont pas provoqué d’exode urbain, selon un article paru samedi dans les titres du groupe CH Media qui compare le nombre de recherches immobilières en ligne de décembre 2020 à celui de décembre 2019. Les chiffres montrent que les locataires cherchent avant tout un logement dans les agglomérations environnant les grandes villes, car les loyers y sont moins élevés, mais aussi dans des villes moins importantes. De même, ceux qui rêvent d’être propriétaire d’une maison prospectent davantage en zone urbaine qu’en périphérie ou dans les régions touristiques.

Le télétravail - fausse prophétie ?

La demande de bureaux dans les villes n’a pas non plus souffert du télétravail, comme le montre la stabilité des loyers en 2020. Un signe aussi que la majorité n’aspire pas au travail à domicile à long terme, selon l’article. La prédiction de l’exode urbain et du home office à large échelle semblent ainsi s’éloigner grâce à l’arrivée du vaccin anti-Covid-19, se réjouit l'économiste urbain Edward Glaeser de l’Université de Harvard (USA), auteur du livre «Le triomphe de la cité» (2011): «Si la pandémie devenait la nouvelle norme, la proximité urbaine ne ferait que susciter la peur (…), des millions d'emplois disparaîtront dans le commerce de détail, la gastronomie et les offres de loisirs», prédisait-il avant l’arrivée des vaccins: «S’ils vainquent le virus, les villes retrouveront majoritairement leur ancienne normalité», espère ce spécialiste peu convaincu par le télétravail généralisé à long terme.

(ewe)

Votre opinion

26 commentaires