Asie: Malgré une vieille loi, des milliers de Singapouriens ont défendu les LGBT+
Publié

AsieMalgré une vieille loi, des milliers de Singapouriens ont défendu les LGBT+

À Singapour, plusieurs milliers de partisans des droits des LGBT+ ont fait entendre leur voix, ce samedi. La loi de l’époque coloniale y interdit les relations entre deux hommes.

Après avoir participé uniquement à des événements en ligne au cours de la pandémie, des foules considérables se sont jointes au rassemblement LGBT+, qui s’est tenu dans un parc de Singapour, seul lieu où les manifestations sont possibles sans une autorisation de la police.

Après avoir participé uniquement à des événements en ligne au cours de la pandémie, des foules considérables se sont jointes au rassemblement LGBT+, qui s’est tenu dans un parc de Singapour, seul lieu où les manifestations sont possibles sans une autorisation de la police.

AFP

Des milliers de personnes portant des tenues de couleur rose ont réclamé, samedi, à Singapour, une meilleure reconnaissance des droits des LGBT+ lors d’un rassemblement, le premier de ce type depuis 2019 et la pandémie de Covid-19.

Après avoir participé uniquement à des événements en ligne au cours de la pandémie, des foules considérables se sont jointes au rassemblement, qui s’est tenu dans un parc du centre-ville de la cité-État, seul lieu où les manifestations sont possibles sans une autorisation de la police. Les organisateurs n’ont pas fourni de chiffres, mais un journaliste de l’AFP a évalué à plusieurs milliers le nombre de participants.

«Je veux que ma voix soit entendue», a déclaré Susan Helen, une directrice commerciale de 39 ans qui réclame l’égalité des droits pour les homosexuels. «Nous sommes des êtres humains, nous voulons simplement un traitement égal aux yeux de la loi, je veux pouvoir épouser ma partenaire», a-t-elle ajouté au milieu de la foule, où étaient brandis des drapeaux arc-en-ciel.

Une relation homosexuelle peut valoir deux ans de prison

Les rassemblements pour la défense de la cause des homosexuels ont commencé en 2009 et attiré un nombre considérable de participants, malgré l’hostilité dans certains quartiers. Les autorités singapouriennes ont maintenu la législation de l’époque coloniale britannique, qui interdit les relations sexuelles entre hommes, passibles d’un maximum de deux ans de prison. Plusieurs tentatives d’abolir cette législation ont échoué.

En février, la Cour suprême de Singapour a statué que la loi serait maintenue, mais sans être appliquée «d’une manière proactive».

Soutien en hausse

Le pourcentage de personnes qui soutiennent l’interdiction des relations homosexuelles a diminué de 55% en 2018 à 44% en 2022, tandis que celui des sympathisants de la cause LGBT+ a augmenté, selon une enquête réalisée, en juin, par l’institut Ipsos. Le ministre singapourien de la Justice, K. Shanmugam, a reconnu l’ambiguïté de la situation, assurant, devant le Parlement, que le gouvernement recherchait la meilleure solution.

(AFP)

Votre opinion

3 commentaires