Hockey sur glace - Mamma Mia, Inti Pestoni!
Publié

Hockey sur glaceMamma Mia, Inti Pestoni!

Auteur d’un but extraordinaire mardi contre le LHC, Inti Pestoni est de retour à Ambri après cinq années d’exil en Suisse alémanique. Il carbure à un point par match, comme au bon vieux temps.

par
Cyrill Pasche
Topscorer d’Ambri, Inti Pestoni a retrouvé sa touche offensive depuis qu’il est revenu à Ambri cet été après cinq saisons en Suisse alémanique. 

Topscorer d’Ambri, Inti Pestoni a retrouvé sa touche offensive depuis qu’il est revenu à Ambri cet été après cinq saisons en Suisse alémanique.

Michela Locatelli/freshfocus

Depuis le départ du «Petit Prince» Inti Pestoni à Zurich en 2016, les fans de la Curva Sud d’Ambri ne chantent plus de chansons à la gloire de leurs joueurs favoris. Une façon de montrer que les hockeyeurs passent, mais que seul le club, lui, reste. Et que le fidélité n’est plus qu’une vague notion à l’heure du sport-business.

«Avant mon dernier match en 2016, des tracts avaient été distribués à la Valascia, se souvient Pestoni. Il était dit qu’à partir de ce moment, aucun joueur n’aurait plus jamais droit à sa chanson. Tout ceci, c’est à cause de moi, c’est vrai. Ils se sont sentis trahis lorsque j’ai quitté Ambri, ils étaient convaincus que je partais à cause de l’argent. C’est ce qui m’a été reproché. Ce n’était pourtant pas le cas. J’étais arrivé à un point où il fallait que je parte, car certaines choses s’étaient passées et j’avais besoin de quitter Ambri. Voilà pour la petite histoire. J’assume malgré tout. Si je n’ai plus droit à ma chanson mais qu’ils encouragent l’équipe, ça me va aussi très bien ainsi.»

Liberté retrouvée

Avec 15 points, dont 9 buts, en 15 matches, Inti Pestoni est redevenu le «Petit Prince» d’Ambri. 

Avec 15 points, dont 9 buts, en 15 matches, Inti Pestoni est redevenu le «Petit Prince» d’Ambri.

Michela Locatelli/freshfocus

Zurich, Davos, puis Berne. Cinq années passées sur la route, avec des fortunes diverses. Un titre de champion avec Zurich en 2018, mais avec un rôle très en retrait au sein de l’équipe du Hallenstadion durant deux années. Une étape intermédiaire à Davos – «c’est pour Arno Del Curto que je suis allé là-bas», explique Pestoni - avant les deux saisons passées dans la capitale, au CP Berne, avec une Coupe de Suisse pour étoffer son palmarès (2021). «Quand j’ai quitté Ambri, j’ai eu des discussions avec le Lausanne HC. Mais dans ma tête, il était clair que je voulais jouer soit à Zurich, soit à Berne, les deux plus grands clubs à mes yeux. Finalement, j’ai pu jouer dans les deux.»

«Avant d’être un joueur d’Ambri, je suis fan d’Ambri. Quand j’enfile ce maillot, c’est toujours très spécial pour moi»

Inti Pestoni, topscorer d’Ambri

De retour à Ambri depuis cet été, Inti Pestoni est redevenu… le «Petit Prince» Inti Pestoni sous les ordres de son ancien coach des juniors-élites, Luca Cereda. Il dribble, il marque, il passe et carbure plus ou moins à un point par match (15 matches, 9 buts, 6 assists), comme au bon vieux temps, lorsque la Curva entonnait encore la chanson à sa gloire après chacun de ses exploits.

«Pourtant, je n’ai pas le sentiment d’avoir beaucoup changé, s’étonne-t-il. Disons que je suis premièrement heureux d’être de retour chez moi, au Tessin. Avant d’être un joueur d’Ambri, je suis fan d’Ambri. Quand j’enfile ce maillot, c’est toujours très spécial pour moi. Mais aussi, je me sens en confiance. Je peux tenter des choses, car je sais que je ne dois pas craindre de me retrouver au bout du banc si je fais une erreur. Cela me donne beaucoup de liberté sur la glace, et cette liberté est bonne pour mon jeu.»

Un chef d’oeuvre contre le LHC

Pestoni a inscrit un but phénoménal contre le LHC mardi à Ambri. 

Pestoni a inscrit un but phénoménal contre le LHC mardi à Ambri.

Michela Locatelli/freshfocus

Mardi contre Lausanne, le premier des deux buts inscrits par Pestoni lors de la victoire 3-2 a tout simplement été extraordinaire. Un tir du revers, puissant, sous la transversale, depuis un angle impossible. Signe de cette liberté retrouvée. «Je suis quelqu’un qui regarde beaucoup de vidéos et de highlights des plus beaux buts sur Youtube. Lorsque j’ai débordé et que j’ai vu le gardien Tobias Stephan, je me suis dit, eh bien vas-y essaie!» Un but comme on en voit uniquement dans les faits saillants de fin de saison en NHL. Un chef d’œuvre.

Alors qu’on le sentait trop souvent enfermé dans des systèmes de jeu trop restrictifs pour un joueur créatif comme lui, pourquoi avoir attendu d’avoir atteint l’âge de 30 ans pour revenir «à la maison»? «Ces cinq années ont été bonnes pour ma carrière et pour mon développement personnel. Cela a été une bonne expérience. Chaque année, j’avais la possibilité de revenir ici. Mais je ne voulais pas le faire quand cela ne tournait pas bien pour moi sportivement. Je ne voulais pas que les gens, ensuite, disent que je suis revenu parce que cela n’avait pas fonctionné ailleurs. Mes deux dernières saisons à Berne ont été bonnes, et j’ai senti que le moment était arrivé de rentrer avec le sentiment d’avoir réussi ce que j’avais entrepris.»

Nouveau chapitre pour Ambri

«Ce nouveau stade, c’est presque un miracle pour Ambri. Quand j’ai quitté le club en 2016, on en parlait déjà mais sans être vraiment convaincu que cela se concrétisera vraiment un jour»

Inti Pestoni, de la Valascia au nouveau stade d’Ambri

De retour en Léventine, Pestoni a appris à aimer la nouvelle patinoire qui remplace depuis cette saison la mythique Valascia. «Ce nouveau stade, c’est presque un miracle pour Ambri. Quand j’ai quitté le club en 2016, on en parlait déjà mais sans être vraiment convaincu que cela se concrétisera vraiment un jour. C’est ce dont nous avions besoin pour franchir une étape dans le développement du club et montrer que nous aussi avons des ambitions. J’aurais aimé jouer encore un match dans la Valascia, en guise d’adieu. Mais voilà, elle a bien vécu, et laissera des souvenirs indélébiles à tout le monde. Voici désormais un nouveau chapitre de l’histoire d’Ambri.»

Et maintenant que Pestoni s’est remis à marquer comme au bon vieux temps, comment a été l’accueil des fans, cinq années après son départ? «C’était du fifty-fifty», reconnaît Pestoni. Le topscorer du HCAP est toutefois devenu insensible aux critiques. «Avec l’âge, j’ai appris à ne plus m’en formaliser: je fais juste mes trucs, j’essaie d’avoir du plaisir, je fais en sorte que ma famille et moi-même soyons heureux. Ce qui se dit à mon sujet, cela me passe au-dessus de la tête.»

Votre opinion