Football - Manchester United perd, la presse anglaise gronde
Publié

FootballManchester United perd, la presse anglaise gronde

Young Boys a vaincu le géant anglais, pourtant favori. L’entraîneur Ole Gunnar Solskjaer accuse la pelouse et la réussite. La presse anglaise le blâme, lui.

par
Rebecca Garcia
Paul Pogba et ses coéquipiers n’ont pas su bloquer les assauts d’YB. Beaucoup d’erreurs ont été commises.
Paul Pogba après la défaite face à Young Boys.

Paul Pogba et ses coéquipiers n’ont pas su bloquer les assauts d’YB. Beaucoup d’erreurs ont été commises.

AFP

La défaite sonne comme un coup de massue pour Manchester United. Les Anglais sont venus à Berne en toute confiance, avec la joie d’avoir retrouvé leur légendaire Cristiano Ronaldo dans l’équipe. Si le Portugais a marqué son goal, c’est bien Young Boys qui a vécu sa soirée européenne de la plus belle des manières. Les Bernois l’ont emporté 2-1 face à une équipe réduite à dix dès la 35e minute.

Des Red Devils inoffensifs

Le carton rouge de Wan-Bissaka a changé la tournure du match. Le défenseur a manqué son contrôle et a tenté de récupérer la balle. Ses crampons ne l’ont pas trouvée, mais ils ont rencontré la cheville de Christopher Martins. Carton rouge selon l’arbitre, maladresse selon Ole Gunnar Solskjaer, qui met en cause la pelouse synthétique.

Les médias britanniques sont moins tendres. «C’était un tacle irréfléchi, crampons en avant sur Martins et l’arbitre a justement sorti son carton rouge», estime Sky Sports. C’est la présence même du défenseur qui est remise en question par «Manchester Evening News». Le média parle d’un accident qui devait arriver: «Pour un joueur qui a signé pour 45 millions de livres il y a 2 ans, il est rapidement devenu le maillon faible de la défense de United», analyse le journaliste.

«The Guardian» rappelle que United avait 66% de possession de balle auparavant. L’expulsion l’a fait passer à 28%. Pire encore: l’équipe favorite n’a tiré au but que deux fois sur l’entièreté du match. Le dernier? Cristiano Ronaldo à la 25e minute.

L’entraîneur de Manchester regrette un penalty non sifflé sur une faute sur Ronaldo. Les médias britanniques sont moins sûrs de cela. Une chose est sûre: l’égalisation de Young Boys est méritée. Le dernier goal - survenu sur une grossière erreur de Jesse Lingard - dérange davantage les spécialistes, qui trouvaient la situation évitable. «The Sun» parle d’une «erreur d’écolier», tandis que «The Guardian» évoque un «cadeau pour YB». Le Mancunien se rate totalement sur sa passe à son gardien. Une erreur individuelle couplée à une tactique qui ne laissait que peu d’autres scénarios possibles.

Tactiquement à la rue

Solskjaer est loin d’être salué pour son génie tactique sur ce match. Le Norvégien a réalisé cinq changements. Surtout, il a sorti «CR7» à la 78e minute. «Il a mis Lingard à la place de Ronaldo. Young Boys était pétrifié par Ronaldo, mais Lingard joue comme je jouais. Il vient et prend la balle, et ça n’aide pas, car vous n’êtes que dix sur le terrain», estime Paul Merson, le consultant de Sky Sports. Pour le dire autrement, le profil du joueur ne collait pas avec ce dont avait besoin United à ce moment du match.

Certes, Ronaldo représentait une menace, mais ce n’était pas son jour, selon «The Guardian». «Ronaldo n’aidait pas. Tôt dans la seconde période, il s’est jeté à terre, s’est jeté à terre à nouveau lorsqu’il a compris qu’il n’aurait pas de penalty, et a ensuite joué comme une sorte de trouillard qui finit soit par mettre une bicyclette à 27 mètres, soit - comme ici - par une série de plongeons toujours plus élaborés».

Ronaldo était un joueur parmi les onze sur le terrain. L’entraîneur de Manchester United a décidé que son équipe devait se muscler en défense en seconde mi-temps. «Le passage à un 5-3-1 a donné à United le contrôle de sa propre zone de penalty», remarque «The Guardian». Une idée qui visait à parquer le bus et espérer ramener un point de Berne.

C’était compter sans l’énergie d’YB et la pression mise sur les visiteurs, selon la BBC. Au final, le milieu de terrain était laissé totalement à l’abandon d’YB - en témoigne la possession de balle largement en faveur des joueurs locaux. Il n’y avait qu’à poursuivre les efforts et espérer une erreur de Manchester. La stratégie a payé et l’offrande a permis à YB de lancer la fête au Wankdorf.

Pour la presse anglaise, il n’y a pas d’excuses à avoir. Certains vont jusqu’à affirmer que Manchester City aurait réussi à contenir la pression bernoise à 10 contre 11, tandis que d’autres estiment que la tactique doit être d’attaquer, avec la qualité des joueurs que compte l’effectif. Une soirée à oublier pour Manchester, une soirée inoubliable pour YB.

Votre opinion